Ledjely.com
Accueil » KANKAN : deux avocats français attendus dans la ville pour la défense des manifestants
A la une Actualités Haute-Guinée

KANKAN : deux avocats français attendus dans la ville pour la défense des manifestants

Dans le combat des jeunes pour l’électrification de la Haute-Guinée, les frondeurs vont bénéficier de l’accompagnement des ONG de défense des droits de l’homme. En effet, deux avocats français feront désormais partie des défenseurs des contestataires faisant l’objet d’arrestation lors des manifestations contre le manque d’électricité dans la région. L’information a été confiée par le responsable de la communication du Mouvement pour l’électrification de la Haute-Guinée, au cours d’un entretien accordé au correspondant du Djely sur place.

Quelques jours après la libération des 22 jeunes arrêtés lors de la dernière manifestation et déférés à la maison centrale de Kankan, la construction d’un barrage hydroélectrique pour la région de la savane guinéenne demeure la première réclamation des jeunes de Kankan. Ils ont réaffirmé cette demande ce dimanche lors d’une nouvelle rencontre de dissuasion avec un groupe de jeunes natifs de Kankan installés à Conakry. « Nous avons besoin d’une seule chose : c’est le barrage hydroélectrique. Nos parents ont souffert pour ce régime et nous aussi, nous vivons cette réalité. Nous avons donné un temps moratoire d’un mois. D’ici à cette date, si nous ne voyons rien de concret, nous battrons le pavé le 26 ou le 27 août. Sans barrage, pas d’élection dans la région », a martelé Ousmane Kaba alias Mbia aux émissaires.

Profitant de l’opportunité, le chargé de communication du mouvement a révélé quelques actions déjà entreprises au niveau international. « Personne ne doit nous amadouer, ni nous intimider maintenant. Personne ne sera arrêté désormais, le gouvernement est coincé, les organisations de défense des droits de l’homme, notamment françaises nous accompagnent désormais dans la lutte. Deux avocats français seront à Kankan au plus tard le 20 août pour nous. C’est le droit le plus basique que l’on puisse demander à ce gouvernement », a précisé Mamoudou Kaba.

Parlant des négociations avec ces jeunes émissaires, il précise que c’est un groupe de jeunes natifs de kankan. « Ils ont parlé et on a bien suivi. Ce qu’ils ont dit a été entendu mais d’ores et déjà ni la centrale solaire ou encore l’interconnexion ne figurent dans notre plate-forme revendicative. Nous avons juste demandé le barrage. Quelque chose reste clair, personne ne quittera ailleurs pour placer les alibis en faveur de ce gouvernement maintenant », a-t-il assuré.

Ces émissaires ont proposé dans leur démarche que les jeunes relèguent la construction du barrage hydroélectrique au second plan, au détriment des centrales solaires. Une idée pour l’instant rejetée par les jeunes réunis au sein du mouvement citoyen pour l’électrification de la région.

Affaire à suivre…

Michel Yaradouno, Kankan pour Ledjely.com

Articles Similaires

AFRIQUE DU SUD : la ministre de la Défense mélange les genres, l’opposition veut son départ

LEDJELY.COM

EDUCATION : la digitalisation, une réforme nécessaire dans l’organisation des examens

LEDJELY.COM

PRESIDENTIELLE 2020 : un sondage annonce jusqu’à 86 % de participation à Conakry

LEDJELY.COM

Suite à l’interdiction de sa manifestation, le FNDC « maintient sa marche sous la forme de résistance »

LEDJELY.COM

KANKAN : quand la politique devient un refuge pour les diplômés sans emploi

LEDJELY.COM

Benaouda Lebdai – « Les Écumes de la rancœur » de Yamoussa Sidibé

LEDJELY.COM
Chargement....