Ledjely.com
Accueil » Kankan : le projet SWEED présente les ONG de mise en œuvre des activités de terrain
Actualités

Kankan : le projet SWEED présente les ONG de mise en œuvre des activités de terrain

Dans la région de Kankan, ce sont deux consortiums qui mettront en œuvre les activités de la composante 1.2 du projet régional d’autonomisation des femmes et le dividende démographique au Sahel (SWEED). Ce lundi, ces entités de la société civile réputées par leurs résultats sur le terrain en Guinée ont été présentées aux autorités locales dans un réceptif hôtelier de la ville. A travers ces activités communautaires qui démarrent ainsi, le projet SWEED entend toucher un plus grand nombre de populations afin de promouvoir l’éducation de la jeune fille, l’autonomisation des femmes mais aussi et surtout la lutte contre les violences basées sur le genre.

En marge de la présentation de ces deux ONG, un atelier d’échanges de deux jours a été organisé pour notamment expliquer aux organisations retenues et aux autorités locales, les rôles et responsabilités dévolus aux deux consortiums, notamment AGIL et Care International. A travers cette approche participative, les facilitateurs ont égrené tous les contours liés à la mise en œuvre des quatre composantes du projet SWEED. Mamadou Safaou Bah, coordinateur national du projet SWEED- Guinée rappelle ici les axes d’intervention du projet : « Dans le cadre du projet SWEDD, il est prévu quatre types d’interventions communautaires dans les 56 communes de la région de Kankan. Il y a une intervention relative à l’éducation, une autre sur les violences basées sur le genre, une troisième sur la compétence de vie et la dernière qui est d’ailleurs la plus importante concerne l’autonomisation des femmes. Ces composantes sont officiellement lancées aujourd’hui par le biais des autorités locales. Ces ONG seront les principaux acteurs de la mise en œuvre de ces interventions et il fallait le faire en présence des autorités. Il était aussi important de rappeler devant ces autorités les rôles et responsabilités de chacun des acteurs. Ça été un long processus mais assez édifiant. Nous toucherons des couches, notamment les femmes vulnérables. Nous procéderons à la mise en place de clubs de maris et futurs maris modèles. Il y aura des mentors qui seront identifiés par leur sagesses et seront utilisés comme exemples, ceci pour un changement de comportement dans nos localités ».

Du côté des organisations recrutées, on est déjà dans la ferveur de la mise en œuvre des activités communautaires du relevant du projet SWEED. Chacune d’entre elles promet d’atteindre les résultats dans le délai requis. C’est du moins ce qu’assure N’Famoussa Camara du consortium Care international : « Nous sommes amenés à réaliser les activités allant dans le sens de la prévention contre les VBG dans la zone de Kankan. Il s’agira de renforcer la prévention en ce qui concerne l’accroissement des espaces sûrs pour les survivantes des VBG et le renforcement des capacités techniques de la prise en charge juridique des survivantes des VBG. Nous mènerons également des activités pouvant aider à accroître les opportunités économiques des femmes. Nous mettrons tout en œuvre pour que ces éléments soient drastiquement pris en charge par nos interventions. Nous avons postulé dans le sens d’aller dans le cadre des objectifs fixés par le projet SWEDD. On ne souhaite pas que les VBG soient beaucoup plus nombreuses, mais que les cas qui seront identifiés soient pris en charge de façon juridique, médicale et psycho- sociale et tout l’accompagnement possible. Au niveau autonomisation, on veut faire en sorte que les femmes de la région aient des activités économiques qui les rendent autonomes et capables de participer au développement socio-économique de Kankan. Nous serons là pour stimuler tout le processus pouvant aider à atteindre ces objectifs ».

Avec le démarrage de ces activités, les autorités locales espèrent voir des impacts positifs sur la population de Kankan. En tout cas, le directeur de cabinet du gouvernorat de Kankan, Aboubacar Tounkara, attend que ces organisations non-gouvernementales trouvent des astuces afin de promouvoir l’éducation des jeunes filles. « Le message que je lance aux ONG recrutées est de les féliciter pour la confiance placée en elles pour la mise en œuvre des activités communautaires. Nous leur disons que nous comptons sur elles afin d’avoir les impacts au niveau de la région. J’invite les parents de faire en sorte que quand les filles atteignent l’âge d’aller à l’école, qu’elles soient scolarisées. On a vu ce que les femmes sont capables de faire. On a beaucoup d’exemples de femmes qui occupent de hautes fonctions » plaide-t-il.

Rappelons que ce sont douze ONG nationales et internationales qui mettront en œuvre les différentes activités communautaires du projet SWEDD dans les trois régions d’intervention du projet.

Michel Yaradouno, Kankan pour ledjely.com

Articles Similaires

CRIEF : Yaya Kairaba Kaba suspend trois magistrats

LEDJELY.COM

Hadj 2024 : le premier convoi part de Conakry le 25 mai

LEDJELY.COM

Retrait des agréments des médias : « Je suis choqué et déçu, mais pas surpris »

LEDJELY.COM

Autonomisation des femmes : Le CAEF de Kaloum inauguré après sa rénovation

LEDJELY.COM

Kamsar : la CBG célèbre la journée mondiale de la biodiversité

LEDJELY.COM

Procès du 28 sept : le parquet demande la perpétuité pour Dadis

LEDJELY.COM
Chargement....