Ledjely.com
Accueil » UFDG-FNDC : les raisons d’une ‘’séparation plutôt à l’amiable’’
A la une Actualités Guinée Politique

UFDG-FNDC : les raisons d’une ‘’séparation plutôt à l’amiable’’

Il en est question dans tous les médias, aussi bien ceux classiques que ceux sociaux. Le divorce entre le Front national pour la défense de la constitution (FNDC) et les partis politiques ayant choisi d’aller à la présidentielle du 18 octobre. Lors de sa plénière de ce mercredi 9 septembre, le mouvement opposé au troisième mandat en faveur d’Alpha Condé, en application des principes qui le régissent, dit avoir pris acte du « retrait volontaire » de ces partis. « Retrait volontaire », c’est l’expression choisie par le FNDC et non le mot « l’exclusion ». Et bien sûr, tout est dans la nuance. Subtile nuance sémantique qui permet d’appréhender la brouille entre le FNDC et ces partis politiques davantage comme une séparation à l’amiable que comme un divorce définitif. S’il y a un mariage de raison, le divorce qu’on nous annonce entre le FNDC et les partis politiques en général et l’Union des forces démocratiques de Guinée (UFDG), en particulier, est quant à lui, de façade. Car de tous les côtés, on a intérêt à continuer à cheminer ensemble. Du moins pour un certain temps. Mais il fallait pour la plateforme contre le troisième mandat sauver les apparences.

C’est à un dilemme cornélien que l’Union des forces démocratiques de Guinée (UFDG) a exposé le Front national pour la défense de la constitution (FNDC), avec son annonce récente de prendre part à l’élection présidentielle du 18 octobre. Vu qu’il avait déjà condamné les premiers partis politiques qui avaient fait part de leur intention d’aller à cette élection, le mouvement avait une lourde décision à prendre. Soit, il devait se montrer cohérent en prononçant l’exclusion du parti de Cellou Dalein Diallo du mouvement, quitte à s’exposer au risque de perdre son principal moyen de pression que constituent les militants et sympathisants de l’UFDG. Soit, il accordait un traitement de faveur à l’UFDG, et dans ce cas il perdait sa crédibilité en confirmant la thèse selon laquelle il n’est qu’un appendice de ce parti politique.

Entre les deux, en accord (au moins tacite) avec l’Union des forces démocratiques de Guinée (UFDG), il semble avoir trouvé un juste milieu. Un juste milieu qui commence par le choix des concepts utilisés. D’où l’expression « retrait volontaire » en lieu et place du mot « exclusion ». Un choix sémantique qui laisse croire que c’est l’UFDG qui s’est retirée et non qu’elle en a été exclue. Du point de la perception, la différence est nette. Ensuite, au-delà de la déclaration ayant sanctionné la plénière de ce mercredi, les responsables du FNDC ne s’énorgueillissent pas nécessairement de la décision prise. Du reste, la communication là-dessus relève du strict minimum. La prudence étant manifestement dictée par le souci d’éviter un mot de travers pouvant remettre en cause un très fragile pacte de non-agression.

Mais pourquoi un tel pacte entre le FNDC et l’UFDG ? Parce que dans le couple que forment ces deux entités, au-delà de la séparation, chaque conjoint a encore besoin de l’autre. Le FNDC, tout d’abord, pour continuer à exister en tant que mouvement qui pèse, n’a pas intérêt à se couper des sympathisants de l’Union des forces démocratiques de Guinée (UFDG). Autrement, la prochaine manifestation qu’il va appeler risque de tourner au ridicule. Quant à l’UFDG, se préparant en particulier à la logique de la contestation des résultats de la présidentielle du 18 octobre, voudrait pouvoir compter, le moment venu et au-delà de ses militants, sur une coalition la plus large possible.  Deux impératifs dictés par un certain réalisme qui condamnent donc le FNDC et l’UFDG à continuer à s’épauler mutuellement. Même s’ils se garderont de l’assumer. Un modus operandi dont le respect relèvera d’un défi permanent pour leurs partisans respectifs, plutôt prompts à dégainer à la première occasion qui s’offre à eux.

Boubacar Sanso BARRY

Articles Similaires

DÉLINQUANCE JUVÉNILE : les conseils de Kiridi Bangoura pour les jeunes de Manéah

LEDJELY.COM

KANKAN : réactions croisées de citoyens après la reconduction de Kassory Fofana à la Primature

LEDJELY.COM

VENTE DE DOMAINES DE L’ETAT A COYAH : les mises en garde du député Abdoulaye Bernard Keita

LEDJELY.COM

KANKAN : six mois sans salaire pour les contractuels du CERVAK !

LEDJELY.COM

KASSORY FOFANA : le choix de la cohérence

LEDJELY.COM

Après l’échec de son mariage forcé à 14 ans, c’est la renaissance pour F.T. grâce à l’UNICEF

LEDJELY.COM
Chargement....