Ledjely.com

Accueil » CONAKRY : les taxis reviennent dans la circulation avec leur (nouveau) tarif
A la une Actualités Guinée Société Transport

CONAKRY : les taxis reviennent dans la circulation avec leur (nouveau) tarif

C’est comme si la grève des transporteurs, lundi et mardi derniers, avait porté fruit ! En effet, après avoir repris leurs activités dans la circulation routière à Conakry, les chauffeurs de taxi font payer désormais 2 000 francs guinéens par tronçon. Une pratique que dénonce la Fédération syndicale professionnelle nationale des transporteurs, qui promet de faire appliquer la règle aux chauffeurs qui persisteraient à faire payer des tarifs « non conventionnels ».

Selon le constat fait ce jeudi 12 août 2021 par un reporter du Djely dans la banlieue nord de Conakry, les chauffeurs imposent leur nouveau tarif aux passagers qui empruntent leurs taxis. Même si la plupart des chauffeurs rencontrés ont refusé de répondre à nos questions, les quelques instants passés auprès d’eux révèlent tout simplement que le prix qu’ils font payer aux citoyens est celui qu’ils réclamaient suite à l’augmentation du prix du carburant à la pompe. C’est le cas par exemple d’un chauffeur rencontré au carrefour Cosa, à Nongo, à qui notre reporter s’est amusé à demander le tarif du transport pour Lambandji. « C’est 2 000 ! », a-t-il répondu tout court. Un prix que les citoyens semblent avoir accepté de payer pour vaquer à leurs occupations. « On n’a pas le choix. C’est ce que j’ai payé jusqu’ici », a répondu avec un brin de résignation un passager qui venait à peine de descendre d’un autre véhicule.

« Avant de bouger, les chauffeurs ne disent jamais aux passagers le prix auquel ils font payer, c’est après être arrivé à destination qu’ils te diront que c’est 2000 », témoigne une autre citoyenne.

Face à cette situation, Ousmane Horoya Camara, secrétaire général de la Fédération syndicale professionnelle nationale des transporteurs qu’on a pu joindre au téléphone, fait dans le déni de la réalité. « 75% des chauffeurs font payer le prix normal (1 500 francs). Après avoir fait plusieurs rencontres ligne par ligne et secteur par secteur, ils ont compris. Ce qui a fait que le travail a été repris », assure-t-il tout en reconnaissant qu’il y a néanmoins des « perturbateurs qui cherchent à dévier ces mesures ».

Toutefois, le syndicaliste prévient que des dispositions ont été prises pour contrecarrer les chauffeurs qui s’adonnent à ces pratiques. « Il y a une commission qui est mise en place. D’ailleurs, ce vendredi matin, nous allons descendre dans plusieurs zones de la commune de Ratoma pour vérifier l’application du tarif convenu. Les contrôleurs que nous allons déployés vont s’installer dans les points d’embarquement et de débarquements pour surveiller », promet-il.

Aliou Nasterlin

Articles Similaires

Palais du Peuple : les acteurs culturels expriment leurs préoccupations au CNRD

Ledjely.com

StarTimes diffuse en exclusivité la série indienne « La Veuve blanche »

LEDJELY.COM

Un corps sans vie découvert à Dixinn-Landréah

LEDJELY.COM

ENTA : deux trains entrent en collision, un mort et plusieurs blessés

LEDJELY.COM

Arrestation de Tibou Kamara : le CNRD brise le silence

Ledjely.com

CEDEAO : quand la Guinée fait les frais de la « peur » des coups d’Etat

LEDJELY.COM
Chargement....