Ledjely.com
Accueil » COUP D’ETAT EN GUINEE : « un soulagement interne », dixit Dansa Kourouma
A la une Actualités Guinée Politique

COUP D’ETAT EN GUINEE : « un soulagement interne », dixit Dansa Kourouma

Il ne clame pas comme l’ont fait plus bruyamment certains citoyens. Mais Dr. Dansa Kourouma, lui aussi, n’est pas si mécontent du coup d’Etat du 5 septembre. La chute d’Alpha Condé lui confère même un sentiment de « soulagement interne », dit-il. Tant le contexte d’ensemble était devenu pesant et la relation Etat-citoyens, empreinte de méfiance. Conséquence, l’activiste de la société civile se porte candidat pour défendre le coup d’Etat à l’international. Il l’a dit au micro de nos confrères de Djoma TV. 

Dans l’émission #AlaMohamedAli, Dr Dansa Kourouma dit n’avoir point été surpris par le coup d’État survenu le 5 septembre dernier. Selon lui, en effet, il y avait des signes avant-coureurs. Il cite à propos le « malaise » qui prévalait au sein de la population. « Il y avait une crise de confiance entre l’État et les citoyens. Il y avait une crise d’hostilité qui était mise en place par le pouvoir, qui a même affecté l’armée. Dans un tel climat, il est tout à fait possible qu’un coup d’État intervienne » indique le leader du CNOSCG. Les événements au Mali pourraient aussi, à l’en croire, inspiré le colonel Mamady Doumbouya et ses hommes. « Il y a un effet de contamination. (…) Au Mali aussi, c’étaient les forces spéciales qui ont pris le pouvoir. La situation nationale dépend aussi de l’environnement sous-régional. Et la situation du Mali a eu un impact psychologique sur les militaires guinéens » estime-t-il

De fait, la situation était telle que Dansa Kourouma pense que le président Alpha Condé lui-même n’a pas dû être très surpris par ce qui est arrivé. « On ne peut pas être informé à ce point, sans sentir les bruits », lâche-t-il. Mais, « peut-être, il l’a pris à la légère. La petite tige qui vous perce l’œil, vous ne la voyez jamais » 

Et l’impression de liberté que les gens ressentent depuis le 5 septembre, elle non plus, n’est pas si surprenante aux yeux du président du CNOSCG. D’autant que lui-même ressent la même chose cette date.  « Je me suis senti libéré parce que j’avais à faire avec une situation socio politique où personne ne faisait plus confiance à personne. C’est une forme de soulagement interne pour moi », dit-il. Il en découle que Dansa Kourouma est prêt à porter la voix du CNRD au-devant d’une communauté internationale qu’on s’est plutôt remontée contre la junte en Guinée. « Je suis porteur de parole publique. À ce titre-là, je suis prêt à défendre l’opportunité, le fondement de cette prise de pouvoir pour amener la communauté internationale à avoir une meilleure lecture » s’engage-t-il

Aliou Nasterlin

Articles Similaires

28 SEPTEMBRE : un procès à plusieurs défis

LEDJELY.COM

GUINEE : les Etats-Unis soutiennent les sanctions de la CEDEAO

LEDJELY.COM

TPI DIXINN : Étienne Soropogui placé sous « contrôle judiciaire »

LEDJELY.COM

URGENT : Capitaine Dadis Camara, Moussa Tiegboro et Pivi placés sous mandat de dépôt

LEDJELY.COM

TEMOIGNAGE : « Quand le président Kory me confiait que pour lui, la politique, c’est fini »

LEDJELY.COM

LA HAYE/CONAKRY : des procès pour l’exemple

LEDJELY.COM
Chargement....