Ledjely.com
Accueil » Guinée : la Jeunesse CEDEAO dresse un bilan peu rassurant de la Transition
A la uneActualitésGuinéePolitique

Guinée : la Jeunesse CEDEAO dresse un bilan peu rassurant de la Transition

La jeunesse CEDEAO Guinée, après 6 mois d’observation de la transition amorcée en Guinée depuis le 5 septembre 2021, brise le silence. A travers une conférence de presse animée ce vendredi, 1er avril 2022 à son siège situé à Lambandji dans la commune de Ratoma, la structure dresse un bilan peu élogieux de la transition.

L’arrivée du colonel Mamadi Doumbouya à la tête du pays, le 5 septembre 2021, à la faveur d’un putsch avait suscité un grand espoir au niveau des populations guinéennes. Mais cet élan d’optimisme semble s’étioler. En tout cas, pour la jeunesse CEDEAO Guinée, si « les attentes de la population sont énormes, les actions tardent, la Justice peine à être la véritable boussole comme promis, des violations des droits de l’homme sont constatées et il n’y a aucune visibilité sur le processus qui doit nous conduire vers la tenue des élections devant mettre fin à la transition ».

L’ONG en tire une mise en garde à l’endroit des autorités du pays. « Cette situation telle qu’elle se présente aujourd’hui dans notre pays, n’est pas rassurante et si rien n’est fait pour changer le cours des choses, il est fort probable que la transition se retrouve dans une impasse », a déclaré Aboubacar Dorah Koïta.

En fin de compte, la Jeunesse CEDEAO formule des recommandations à l’intention du CNRD :

  • Que le respect de la parole donnée soit l’expression du CNRD et retrouve sa sacralité en Guinée ;
  • Que le retour à la normalité constitutionnelle soit une préoccupation majeure partagée ;
  • Qu’un chronogramme consensuel, clair, précis, et réaliste soit publié dans un bref délai pour définir et programmer les actions et élections nécessaires devant marquer la fin de la transition ;
  • Qu’un cadre formel de dialogue et de concertation soit le plutôt possible institué et mis en place entre les Forces vives et le CNRD ;
  • Que les Assises nationales ne soient pas une rencontre entre gouvernants, mais qu’elles permettent la participation effective de toutes les parties prenantes afin de favoriser l’atteinte des objectifs escomptés.

N’Famoussa Siby

Articles Similaires

De l’eau potable à l’école primaire de Gbackédou

LEDJELY.COM

Evaluation des partis politiques : Dr. Faya Millimono proteste

LEDJELY.COM

Dubaï : comment des africains ont été dupés par une « sulfureuse » société immobilière, dénommée The First Group…

LEDJELY.COM

Environnement : EDG et ses partenaires se mobilisent pour la réhabilitation des têtes de sources de quatre barrages hydroélectriques à Kindia

LEDJELY.COM

Guinée : le ver est-il dans le fruit ?

LEDJELY.COM

Santé : le comité technique du projet sur l’analyse approfondie du genre dans la vaccination se réunit à Conakry

LEDJELY.COM
Chargement....