Ledjely.com
Accueil » INTERDICTION DES MANIFESTATIONS : Louda Baldé ne compte pas s’y plier
ActualitésGuinéePolitique

INTERDICTION DES MANIFESTATIONS : Louda Baldé ne compte pas s’y plier

L’actualité reste dominée en Guinée, entre autres, par l’interdiction des manifestations sur la place publique prise la junte militaire au  pouvoir depuis le 05 septembre dernier. Cette décision continue de susciter des réactions, notamment chez les acteurs politiques. C’est le cas notamment de Louda Baldé, président du Parti de l’unité et du renouveau (PUR), qui ne compte pas se plier à cette décision du CNRD annoncée vendredi soir dans un communiqué.

Interdire les manifestations, c’est non seulement aller contre les principes universels des droits de l’homme mais également une violation d’une disposition de la Charte de la transition, dénonce le responsable politique. « Ils ont écrit une charte laquelle ils n’ont joint aucune force vive. A travers cette charte, le colonel Mamadi Doumbouya a prêté serment. Et son article 8 dit que les populations ont le droit de manifester sur la place publique de manière pacifique », rappelle-t-il.

Poursuivant, Louda Baldé estime qu’avec l’interdiction des manifestations de rue, il n’est plus aisé de faire une différence entre le CNRD et l’ancien régime d’Alpha Condé. « Le CNRD doit toujours se référer à son premier discours qui avait dit que la justice allait être la boussole, tous les Guinéens doivent être traités au même pied d’égalité, c’est-à-dire on est libre et égaux en droit. Si on entend un autre communiqué disant maintenant qu’il n’y a plus de manifestation on se demande quelle est alors la différence entre eux et l’ancien système qui avait aussi bayonné le peuple à travers ces interdictions qui n’ont pas porter fruits », indique cet acteur politique.

Dans son combat pour l’obtention de son agrément, Louda Baldé ne compte pas baisser bras devant cette interdiction. Il promet de descendre dans la rue avec ses militants si aucune suite favorable n’est donnée à la requête adressée au ministère de l’Administration du territoire et de la Décentralisation. « On leur a envoyés un message et ça fait bientôt une semaine qu’il ne nous ont pas répondu. Nous sommes allés au ministère, ils nous ont encore fermé la porte comme ils ont l’habitude de le faire. Si ça continue comme ça, nous allons manifester de manière pacifique, il n’y a aucun interdit qui puisse nous dire qu’on ne peut pas manifester. Nous, ce communiqué-là ne nous effraie pas », assure-t-il.

Par ailleurs, il invite le CNRD à privilégier la voie du dialogue avec les acteurs politiques pour une sortie de crise pacifique. « Il ne faut pas avoir les politiques sur le dos. Il faut ouvrir un cadre de dialogue permanent pour permettre aux politiques d’exposer leurs problèmes afin qu’on puisse trouver une solution. Mais aller jusqu’à interdire les manifestations, c’est ce qui va attirer d’ailleurs la colère des populations », met en garde M. Baldé.

La durée de la transition fixée à 36 ne passe pas chez ce leader qui invite les autorités de la transition à revenir à de meilleurs sentiments avec une durée raisonnable n’excédant pas les « deux ans ».

N’Famoussa Siby

Articles Similaires

Nanfo Ismaël Diaby : « C’est honteux qu’on nous attaque à cause de notre conviction »

LEDJELY.COM

Conseil d’administration de la Maison de la Presse: le REMIGUI, un nouvel entrant au servie de la presse nationale…

LEDJELY.COM

L’UFDG appelle le colonel Doumbouya à se méfier de Bogola Haba

LEDJELY.COM

TRANSITION : le RPG s’en remet aux 24 mois

LEDJELY.COM

RGPH, RAVEC…Fodé Baldé émet des réserves

LEDJELY.COM

AEROPORT DE CONAKRY : Fodé Oussou se moque du boucan qui a entouré le lancement du Wifi

LEDJELY.COM
Chargement....