Ledjely.com
Accueil » OLAF SCHOLZ EN AFRIQUE : l’Ukraine en arrière-fond
A la uneActualitésAfriqueGuinéePolitique

OLAF SCHOLZ EN AFRIQUE : l’Ukraine en arrière-fond

Depuis le dimanche dernier, le chancelier allemand est en tournée inaugurale sur le continent africain. Après le Sénégal et avant l’Afrique du sud, l’ultime étape de cette première visite, Olaf Scholz était hier au Niger. Présentée comme le prolongement de la visite interrompue en février dernier du président allemand, Frank-Walter Steinmeir, la tournée du chancelier, même si cela n’apparait pas de prime abord, est cependant en lien avec la guerre en Ukraine. Renforçant la méfiance entre la Russie et les pays de l’Union européenne, l’invasion de l’Ukraine par Vladmir Poutine pousse des pays comme l’Allemagne à aller à la recherche de nouveaux partenaires susceptibles de la ravitailler en énergie. Le choix du Sénégal et de l’Afrique du sud a été en partie guidé par ce nouvel impératif. D’autre part, pour ce qui est de la zone sahélienne et plus globalement de l’ensemble ouest-africain, si le défi sécuritaire a été toujours une préoccupation pour l’Allemagne, s’y ajoute désormais la menace russe, avec la présence de la milice Wagner au Mali.

L’impact de la guerre en Ukraine pour le continent africain pourrait bien être contrasté. Certes, d’un côté, avec le renchérissement des prix des céréales et des engrais, la crise pourrait se muer en une famine pour certains pays du continent. Mais d’un autre côté, les Etats regorgeant de potentialités énergétiques devraient tirer leur épingle du jeu. Parce que pouvant logiquement mettre à profit la nécessité devenue vitale pour les pays européens de réduire voire de rompre leur dépendance énergétique vis-à-vis de la Russie. D’ailleurs, cette nouvelle donne était au cœur des échanges que le chancelier allemand a eu le dimanche dernier avec le président sénégalais, Macky Sall, par ailleurs président en exercice de l’Union africaine. Il était précisément question des importantes réserves de gaz qui devraient prochainement faire du Sénégal un grand producteur de gaz dans la région. Le pays de Macky Sall manifestant pour sa part de l’intérêt quant à la fourniture des pays européens en gaz naturel liquéfié. De l’énergie, il va en être également question en Afrique du sud, qui sera la dernière étape de cette première tournée. Mais là, il s’agira d’énergies propres que l’Allemagne pourrait plutôt apporter à la nation arc-en-ciel, désireuse, elle aussi, de réduire sa dépendance vis-à-vis des importations en charbon.

Mais entre les deux, Olaf Scholz était hier au Niger. Officiellement, on a parlé sécurité et dans une certaine mesure lutte contre l’immigration irrégulière. Mais il est de plus en plus admis que les pays occidentaux, préoccupés par la présence de Wagner au Mali, voudraient se servir du Niger pour freiner cette visée expansionniste du Kremlin. Mahamadou Issoufou s’étant quelque peu distingué dans la région en s’abstenant de céder aux sirènes du troisième mandat, son successeur passe pour un partenaire compatible pour les pays européens notamment. Et dans un contexte de contestation de plus en plus généralisée de l’occident dans cette partie de la région, le Niger devrait servir de laboratoire d’expérimentation de modèles de partenariats qui puissent mieux passer aux yeux des Africains.

Boubacar Sanso BARRY

Articles Similaires

Mesures à propos des EPA, ce qu’il faut retenir

LEDJELY.COM

Education : les enseignants contractuels menacent d’aller en grève

LEDJELY.COM

Blaise Goumou demande à être libéré

LEDJELY.COM

Guinée : les membres statutaires accentuent la pression sur le CONOR

LEDJELY.COM

Urgent: le FNDC projette une manifestation le 16 février

LEDJELY.COM

Siguiri : un accident de la route coûte la vie à deux personnes

LEDJELY.COM
Chargement....