Ledjely.com
Accueil » Lansana Kouyaté, au pouvoir, promet de passer le SMIG à 5 millions de francs guinéens
ActualitésGuinéePolitiqueSociété

Lansana Kouyaté, au pouvoir, promet de passer le SMIG à 5 millions de francs guinéens

Le 1er juin dernier, les autorités de la transition ont procédé à l’augmentation du Salaire minimum interprofessionnel garanti (SMIG) de 440 000 à 550 000 francs guinéens. Pas assez pour Lansana Kouyaté, malgré sa proximité avec la junte militaire qui a renversé Alpha Condé en septembre 2021 !

Le président du Parti de l’espoir et du développement national (PEDN) promet, une fois au pouvoir, de mettre en place le Salaire minimum interprofessionnel de croissance (SMIC) qui pourrait atteindre les 5 000 francs guinéens, soit plus de neuf fois le SMIG actuel. « Le  PEDN a un programme de société. Et compte tenu de la durée de mandat (présidentiel) que je considère jusqu’ici valable parce que toutes les lois ont été réhabilitées par le CNRD, donc je considère que c’est un mandat de 5 ans renouvelable une fois. Sur 10 ans quand nous sommes au pouvoir, j’ai dit que le SMIC qui n’est pas le SMIG ; entre les deux il y a toute un marge, j’ai dit que progressivement ça va aller jusqu’à atteindre les 5 000 000 francs guinéens », a déclaré l’ancien Premier ministre, chez nos confrères de l’émission « On refait le monde », diffusée sur les antennes de Djoma Médias.

Pour y arriver, Lansana Kouyaté dévoile sa stratégie. « Le Salaire minimum interprofessionnel de croissance se mesure par la conjonction de deux choses : Premièrement, le Produit national brut qui augmente tel que la Guinée l’a enregistré par la surexploitation de la bauxite, qui a augmenté de 15 à 80 millions de tonnes. Beaucoup se demandent où sont partis ça (les revenus). Une des façons de répartition, c’est justement aligner le salaire minimum sur ça. C’est pourquoi on l’appelle Salaire minimum interprofessionnel de croissance. Deuxième éléments, c’est l’inflation. Quand je quittais la France, le SMIC était à 1 470€. Le temps que j’arrive ici, à cause du phénomène combiné de la croissance qui s’opérait à l’époque et de l’inflation aussi qui augmentait, on est aujourd’hui à presque 1 800€ en peu de temps. C’est ce qu’on appelle Salaire minimum interprofessionnel de croissance, le travailleur lambda doit en profiter », a argumenté le président du PEDN.

N’Famoussa Siby

Articles Similaires

CRIEF : Yaya Kairaba Kaba suspend trois magistrats

LEDJELY.COM

Hadj 2024 : le premier convoi part de Conakry le 25 mai

LEDJELY.COM

Retrait des agréments des médias : « Je suis choqué et déçu, mais pas surpris »

LEDJELY.COM

Autonomisation des femmes : Le CAEF de Kaloum inauguré après sa rénovation

LEDJELY.COM

Kamsar : la CBG célèbre la journée mondiale de la biodiversité

LEDJELY.COM

Procès du 28 sept : le parquet demande la perpétuité pour Dadis

LEDJELY.COM
Chargement....