Ledjely.com
Accueil » MENACE D’INTERDICTION DU FNDC : ce qu’en pense ces citoyens…
ActualitésGuinéeJusticePolitiqueSociété

MENACE D’INTERDICTION DU FNDC : ce qu’en pense ces citoyens…

Le ministre de la Justice et des Droits de l’homme, garde des Sceaux, Alphonse Charles Wright, a brandi une nouvelle la menace d’interdire les activités du Front national pour la défense de la Constitution (FNDC), devenu apparemment très gênant pour les autorités de la transition. Une volonté de l’ancien procureur général près la Cour d’appel qui suscite des réactions au sein de l’opinion publique.

Le ministre Alphonse Charles Wright a menacé d’interdire dans les jours à venir « toutes les organisations qui n’ont pas une existence légale. Tout comme leurs activités. C’est notamment le cas du FNDC ».

Au lendemain de cette annonce, Mamadou Oury Bah, résidant au quartier de Foulamadina dans la commune de Ratoma, trouve cette démarche du ministre de la Justice « improductive ».

Selon lui, ce n’est pas la solution pour arrêter le FNDC. « Même si le ministre interdit le FNDC, il y aura un autre mouvement qui sera plus que le FNDC. Il ne faut jamais s’opposer aux forces sociales », estime-t-il.

Même s’il ne partage pas toujours les démarches du FNDC, Mamadou Kanté estime qu’il y a lieu de s’inquiéter aujourd’hui pour l’avenir de la Guinée, avec la tournure des événements récents. « Tout le monde ne peut pas être d’accord avec le CNRD. Il faut accepter que les autres qui ne sont pas d’accord s’expriment aussi. Mais dire qu’il va interdire le FNDC, c’est un abus de pouvoir », trouve ce citoyen.

Alors que Foniké Mènguè (coordinateur national du FNDC), Ibrahima Diallo (responsable des opérations du mouvement « pro démocratie ») et Saikou Yaya Barry (secrétaire exécutif de l’UFR) ont été placés sous mandat de dépôt hier lundi, ce mardi, le ministre Alphonse Charles Wright a instruit le procureur général près la Cour d’appel de Conakry d’engager « des poursuites judiciaires contre Sékou Koundouno (responsable stratégies du FNDC) et autres ».

Comme pour dire que le bras de fer politico-judiciaire entre l’ancien chef du parquet de la Cour d’appel et les responsables du mouvement anti-troisième mandat est loin de connaître son épilogue.

N’Famoussa Siby

Articles Similaires

CRIEF : Yaya Kairaba Kaba suspend trois magistrats

LEDJELY.COM

Hadj 2024 : le premier convoi part de Conakry le 25 mai

LEDJELY.COM

Retrait des agréments des médias : « Je suis choqué et déçu, mais pas surpris »

LEDJELY.COM

Autonomisation des femmes : Le CAEF de Kaloum inauguré après sa rénovation

LEDJELY.COM

Kamsar : la CBG célèbre la journée mondiale de la biodiversité

LEDJELY.COM

Procès du 28 sept : le parquet demande la perpétuité pour Dadis

LEDJELY.COM
Chargement....