Ledjely.com
Accueil » PROCES 28 SEPTEMBRE : « Le défi logistique est sur le point d’être remporté »
A la uneActualitésGuinéeJusticeMonde

PROCES 28 SEPTEMBRE : « Le défi logistique est sur le point d’être remporté »

Dans le cadre d’une mission d’évaluation qu’il conduit en Guinée, Mame Mandiaye Niang, le procureur adjoint de la Cour pénale internationale, a visité ce mercredi le chantier du Tribunal ad hoc devant abriter le procès sur le massacre du stade du 28 septembre. Et le moins qu’on puisse dire, c’est le procureur adjoint de la CPI a été rassuré par l’état d’avancement des travaux. Du point de vue logistique, il pense que la Guinée est partie pour honorer ses engagements. Mais il admet que le procès ne se ramène pas qu’au défi logistique.

En l’absence du ministre de la Justice, Garde des sceaux, c’est le ministre secrétaire général du gouvernement, Abdourahmane Siké Camara, qui, assurant l’intérim de Charles Wright a guidé la délégation de la CPI. Et au terme de la visite, Mame Mandiaye Niang a trouvé qu’en ce qui concerne le défi logistique, « il n’y avait pas eu d’exagérations, quand on m’avait indiqué que 95 % était déjà accompli. Aujourd’hui, ce que j’ai vu confirme vraiment une avancée extrêmement significative dans la préparation de ce procès symbolique ».

Et à ses yeux, c’est une avancée notable qui traduit la volonté politique récemment exprimée par le colonel Mamadi Doumbouya. « Je pense pouvoir retourner et dire avec confiance que ce premier défi qui est un défi logistique est sur le point d’être remporté », note-t-il également. Un motif de fierté pour la Cour pénale internationale. D’autant qu’aux du procureur adjoint de la CPI, les locaux visités ce matin « montrent vraiment qu’on est sur le point d’achever un cadre idéal pour abriter les acteurs de ce procès ».

Toutefois, Mame Mandiaye Niang a conscience que « le défi logistique ne résume pas tous les enjeux ». Poursuivant, il note qu’il y a encore « beaucoup d’autres enjeux qu’on se fera fort, nous de la CPI, de suivre avec attention, mais surtout avec aussi la volonté d’accompagner l’effort national de rendre justice à des Guinéens par des Guinéens ». Le procureur adjoint se méfie aussi du fétichisme des dates. Si le président de la Transition a dit son souhait de voir le procès démarrer d’ici le 28 septembre prochain – date anniversaire du massacre – et que le ministre de la Justice a déjà avancé la date du 26 septembre, Mame Mandiaye Niang fait remarquer qu’un « procès comme celui-ci, dans une certaine mesure, est une aventure ». Le procès important, ce serait que celui-ci puisse commencer. A ses yeux, le lancement même aurait une valeur symbolique. « Pour nous, c’est extrêmement important de l’ouvrir. Et en fonction des difficultés qui vont se présenter, il va falloir les régler au fur et à mesure. Mais pour nous, dans la symbolique, il était extrêmement important d’ouvrir ce procès-là », dit-il avec insistance.

Pour ce qui est de la date précisément, il pense qu’il faut voir en celle avancée par Charles Wright, une indication. « Peut-être que la date pourra être réajustée. Pour l’instant, c’est une indication. L’indication forte, c’était qu’au plus tard à la date anniversaire, le procès puisse démarrer », conclut le magistrat de la CPI.

A son tour, Abdourahmane Siké Camara réitère la volonté des autorités guinéennes de faire tenir le procès. « Il y a une volonté politique qui s’est matérialisée. Nous sommes à 90 % des travaux effectués sur le tribunal et naturellement, nous sommes tous convaincus que ce procès aura effectivement lieu », assure le ministre secrétaire général du gouvernement, assurant l’intérim de son homologue de la Justice.

Aminata Camara

Articles Similaires

Culture : le ministre Moussa Moïse Sylla une convention de management en vue de la relance des ballets africains de Guinée

LEDJELY.COM

Coyah : Plan International Guinée organise un atelier sur comment communiquer avec les enfants et adolescents sur le genre, la santé et les droits sexuels et reproductifs

LEDJELY.COM

Coopération : Bassirou Diomaye Faye attendu à Conakry, 15 ans après la dernière visite d’un président sénégalais

LEDJELY.COM

CRIEF : Yaya Kairaba Kaba suspend trois magistrats

LEDJELY.COM

Hadj 2024 : le premier convoi part de Conakry le 25 mai

LEDJELY.COM

Retrait des agréments des médias : « Je suis choqué et déçu, mais pas surpris »

LEDJELY.COM
Chargement....