Ledjely.com
Accueil » PROCÈS DU 28 SEPTEMBRE : les attentes de l’OGDH avec Alseny Sall
A la uneActualitésGuinéeInterviewJusticePolitique

PROCÈS DU 28 SEPTEMBRE : les attentes de l’OGDH avec Alseny Sall

C’est désormais officiel. Le procès tant attendu sur le massacre permettre en 2009 dans l’enceinte du stade de Conakry s’ouvre le mercredi 28 septembre prochain. Soit, jour pour jour, 13 ans après les faits. Le ministre de la Justice en a fait l’annonce ce vendredi 16 septembre, à l’issue de la réunion du comité de pilotage. Et bien sûr, au côté des victimes qu’elle accompagne, l’Organisation guinéenne de défense des droits de l’homme et du citoyen (OGDH) salue cette avancée imputable au volontarisme du président de la Transition. Toutefois, l’organisation nourrit encore quelques réserves que son responsable communication relaie dans l’entretien ci-dessous qu’il a accordé au Djely.

Comment l’OGDH accueille l’annonce de la date d’ouverture du procès sur le massacre du 28 septembre ?

A l’Organisation guinéenne de défense des droits de l’homme et du citoyen (OGDH), nous avons accueilli avec beaucoup d’enthousiasme cette annonce du ministre en charge de la Justice. Pour nous, c’est une étape importante qui vient d’être franchie avec cette annonce car pour nous tout porte à croire que ce procès va s’ouvrir enfin après 13 ans de combat mené par L’OGDH, l’AVIPA et la FIDH, au côté des victimes pour obtenir justice dans cette affaire.

Et quelles sont vos attentes ?

Pour nous, il ne s’agit pas simplement d’obtenir un procès mais plutôt d’œuvrer pour que ce soit un procès qui prenne en compte l’ensemble des préoccupations des victimes que nous soutenons. C’est-à-dire un procès en présence de tous les accusés inculpés et renvoyés devant le tribunal criminel mais aussi un procès qui va créer un climat sécuritaire permettant la participation effective de l’ensemble des victimes que nous accompagnons. Et à ce titre, nos organisations veilleront à la prise en compte de l’ensemble de ces paramètres tout au long du processus.

A défaut, nous échangerons avec nos avocats sur la conduite à tenir. Nous tenons également au respect de l’ensemble des principes qui gouvernent le procès pénal.

Est-ce à dire que vous avez des craintes quant à la présence effective de tous les accusés ?

La présence de tous les accusés est notre souhait, au nom du respect du principe du traitement équitable des parties au procès pénal. La présence des accusés à l’ouverture du procès enverra un signal fort pour la suite du procès, d’autant plus qu’on annonce la présence du procureur de la CPI à l’occasion. Cela dit, nous respectons également le principe de la présomption d’innocence de l’ensemble des accusés.

Le procès devrait se tenir dans un nouveau bâtiment construit à cet effet. Pensez-vous qu’il soit prêt ?

Concernant le local, les autorités estiment que la construction est terminée et que le bâtiment sera prêt pour le procès. Avec tous les efforts qu’ils ont déployés ces derniers temps, nous pensons qu’il faut les encourager et rester derrière leur déclaration à ce sujet. Par ailleurs, nous pensons qu’il est plus qu’urgent que la composition du tribunal soit connue maintenant, car nous ne sommes plus qu’à quelques jours de l’ouverture du procès. Et compte tenu de la lourde tâche qui attend ces magistrats, nous pensons que leur nomination doit se faire maintenant afin de mieux les préparer psychologiquement …

Des observateurs redoutent qu’au-delà de l’ouverture symbolique, le procès puisse être renvoyé et que l’on marque encore les pas. Qu’en dites-vous ?

Concernant le renvoi après l’ouverture du procès, nous pensons que cela risque d’arriver en raison du caractère solennel de l’événement qui va connaître la participation du procureur de la CPI selon le ministre de la Justice.

Toutefois, nous estimons que s’il y a lieu de renvoyer, cela doit être motivé et fixé à une date précise qui ne soit pas trop éloignée, en raison non seulement du retard déjà accusé pour juger ce dossier mais aussi de la sérénité qui doit caractérisée la conduite de ce procès.

N’Famoussa Siby

Articles Similaires

Coopération : Bassirou Diomaye Faye attendu à Conakry, 15 ans après la dernière visite d’un président sénégalais

LEDJELY.COM

CRIEF : Yaya Kairaba Kaba suspend trois magistrats

LEDJELY.COM

Hadj 2024 : le premier convoi part de Conakry le 25 mai

LEDJELY.COM

Retrait des agréments des médias : « Je suis choqué et déçu, mais pas surpris »

LEDJELY.COM

Autonomisation des femmes : Le CAEF de Kaloum inauguré après sa rénovation

LEDJELY.COM

Kamsar : la CBG célèbre la journée mondiale de la biodiversité

LEDJELY.COM
Chargement....