Ledjely.com
Accueil » CADRE DE DIALOGUE : vers un retrait discret des facilitatrices ?
A la uneActualitésGuinéePolitique

CADRE DE DIALOGUE : vers un retrait discret des facilitatrices ?

Elles sont stoïques, mais ont conscience que la tâche à elles confiée n’est pas une mince affaire. D’autant que Dr. Makalé Traoré, Hadja Aïcha Bah et Mme Guilao Josephine Leno savent qu’elles sont récusées par la frange la plus importante des acteurs politiques et de la société civile. Alors, à défaut d’une démission fracassante, songeraient-elles à un effacement discret, subtil ? Officiellement, il n’en est pas question. Mais à la faveur de la rencontre qu’elles ont eue ce jeudi 20 octobre avec le médiateur de la CEDEAO, il y a quelques indices qui laissent envisager cette option.   

Une dynamique évolutive est manifestement en cours autour du cadre de dialogue. Même s’il ne faut pas s’attendre à ce que ce soit clairement assumé. En effet, il importe de rappeler que l’arrêté du premier ministre, en date du 30 septembre, portant mise en place des facilitateurs nationaux (en l’espèce des facilitateurs, ndlr) du cadre de dialogue, conférait à ces facilitatrices les prérogatives suivantes :

  • Présider les plénières ;
  • Modérer les discussions ;
  • Faciliter la bonne communication entre les parties prenantes ;
  • Rapprocher les positions des parties prenantes ;
  • Veiller au respect des modalités pratiques du dialogue ;
  • Œuvrer pour l’atteinte des objectifs escomptés par le dialogue.

Mieux, à son article 5, le même arrêté précisait, en ce qui concerne le « facilitateur désigné par la CEDEAO », qu’il « appuie le groupe des facilitateurs nationaux dans la conduite du processus de dialogue ». Il en ressort qu’à la base, Thomas Boni Yayi vient après les facilitatrices locales.

Sauf que c’est tout à fait l’inverse que nous apprenons du compte-rendu que les services de la primature ont fait de la rencontre entre l’ancien président béninois et le trio que forment Dr. Makalé Traoré, Hadja Aïcha Bah et Mme Guilao Josephine Leno. On y lit en effet qu’au cours de la rencontre, les trois facilitatrices ont précisé que « leur rôle consiste à déblayer le terrain pour permettre au Médiateur de mener à bien sa mission ». A l’appui, il y a même cette citation de Dr. Makalé Traoré : « « Ce travail ne peut que l’aider à nous aider à sortir de cette situation ». Il y a donc une mise en avant du médiateur de la CEDEAO et comme un message subliminal du retrait en perspective des trois facilitatrices.

Une option qui serait d’autant plus logique que les trois dames doivent être embarrassées par la position qui est la leur. En dépit des efforts consentis et des sourires convenus, elles peinent à se faire accepter par toutes les parties. Et de ce fait, épousent progressivement et très paradoxalement le statut d’obstacle à la résolution de la crise. Mais pour s’éviter le bruit qui résulterait d’une démission formelle, elles choisiraient de se retirer sur la pointe des pieds.

Boubacar Sanso Barry

Articles Similaires

Tidiane Conté de l’UFR : « La Transition ne commencera jamais sans nous »

LEDJELY.COM

Guinée : les opposants au CNRD face à l’insurmontable défi de la mobilisation (Edito-Mognouma)

LEDJELY.COM

Nanfo Ismaël Diaby : « C’est honteux qu’on nous attaque à cause de notre conviction »

LEDJELY.COM

Conseil d’administration de la Maison de la Presse: le REMIGUI, un nouvel entrant au servie de la presse nationale…

LEDJELY.COM

L’UFDG appelle le colonel Doumbouya à se méfier de Bogola Haba

LEDJELY.COM

TRANSITION : le RPG s’en remet aux 24 mois

LEDJELY.COM
Chargement....