Ledjely.com
Accueil » KISSIDOUGOU : un centre de formation professionnelle féminine victime d’incendie
ActualitésGuinéeGuinée ForestièreSociété

KISSIDOUGOU : un centre de formation professionnelle féminine victime d’incendie

Sis dans l’enceinte de la Paroisse Saint Louis de Kissidougou, l’une des salles du centre de formation professionnelle féminine Sainte Bernadette a été consumée avec tout son contenu.  Cet incendie d’origine inconnue, s’est déclaré dans la nuit du 1er décembre 2022, aux environs de 21 heures. Aucune perte en vie humaine, mais des dégâts matériels importants. 

Il s’agit d’une vingtaine de machines à coudre, plusieurs complets cousus et pagnes non cousus. Des armoires contenant des matériels de coiffure aussi. Interrogé sur sinistre, le curé de la paroisse Saint Louis de Kissidougou explique en ces termes : « C’est une des dames qui est venue nous informer qu’il y a de la fumée qui se dégageait d’une de nos salles de formation. Rapidement, je me suis précipité vers là-bas et effectivement c’était un incendie. (…) Le feu montait en puissance. Donc on a appelé les autorités (préfet, maire, forces de défense et de sécurité). Certains fidèles et d’autres sont d’eux-mêmes sont nous apporter leur secours.  C’est ainsi on a pu sauver les autres salles mais celle où le feu s’est déclaré, on n’a pas pu. Tout est parti en fumée. C’était la salle de la couture », a expliqué Abbé Norbert Tamba Sandouno.

Evoquant l’origine de l’incendie, le curé fait part de son incompréhension. « Vraiment, je ne sais pas comment le feu s’est déclaré ici. La salle n’est pas électrifiée et les apprenties nous apprennent qu’elles n’ont pas travaillé avec le fer à repasser pour laisser les braises dans le fer. On est étonné. Les fenêtres et portes sont fermées et c’est dans une cour », dit-il en effet.

Sollicitée par le correspondant régional du Djely, la co-responsable du centre est revenue quant à elle sur le bilan. « On avait plus de 26 machines à coudre, beaucoup de pagnes cousus, des tissus non cousus, aussi des matériels de coiffure qui étaient stockés dans les armoire. Les chaises, les tables et autres outils. A l’instant T, on ne pourra pas vous dire avec exactitude le bilan réel. Cependant, rien n’a pu être sorti, tout a été calciné », égrène Christine Tounkara, la préoccupation se lisant sur le visage. D’ailleurs, elle en profite pour lancer un appel aux bonnes volontés : « Nous demandons aux personnes de bonne volonté de nous venir en aide. Car, ce centre de formation est un centre de réinsertion pour jeunes filles qui n’ont pas eu la chance d’aller à l’école ou de continuer les études », plaide-t-elle.

Niouma Lazare Kamano, correspondant régional pour ledjely.com

Articles Similaires

Pour Blaise Goumou, rien ne justifiait la descente de la garde présidentielle au stade

LEDJELY.COM

TPI de Mafanco : ‘’Américain’’ répond de la ruse dont il usait pour attirer les filles dans son lit

LEDJELY.COM

Affaire Nanfo Diaby : El Hadj Mansour Fadiga rectifie le ministre Charles Wright

LEDJELY.COM

Aliou Bah du MoDeL : « Rien ne se fera sans nous »

LEDJELY.COM

Charles Wright : « Nanfo Ismaël est libre de prier en Chinois… »

LEDJELY.COM

Kankan : la question migratoire au cœur d’un atelier organisé par l’OIM

LEDJELY.COM
Chargement....