Ledjely.com
Accueil » LETTRE OUVERTE : Et si nous donnions une chance à la paix et au vivre-ensemble ?
ActualitésGuinéePolitiqueTribune

LETTRE OUVERTE : Et si nous donnions une chance à la paix et au vivre-ensemble ?

La magie de la dialectique, c’est qu’elle met en contradiction, dans une logique intellectuelle, des points de vue divergents, des opinions opposées. Et c’est exactement ce que nous offre l’analyse de la gestion de la Transition d’une part par le colonel Mamadi Doumbouya, et de l’autre, par l’auteur des lignes qui suivent. En effet, le second, dans cette lettre ouverte adressée justement au chef de l’Etat, lui dit en substance que le vivre-ensemble et la cohésion nationale sont en péril. Pour lui, paradoxalement, l’avènement du CNRD à la tête du pays s’est traduit par l’édification d’un épais mur entre deux Guinée : « l’une, qui, satisfaite de sa victoire militaire, nargue les vaincus, (…) l’autre, complètement impuissante, paie le lourd tribut de son engagement politique ».

A MONSIEUR LE PRÉSIDENT de la transition, le colonel Mamadi Doumbouya, aujourd’hui plus que jamais, la crise économique et politique mondiale a donné naissance à un monde dans lequel les Etats sont en perpétuelle compétition pour offrir le meilleur à leur peuple.

Partout ailleurs, les dirigeants ont compris la nécessité de taire les divergences politiques lorsque des défis touchant à l’avenir et à la prospérité de leur nation se sont présentés. Devant de telles circonstances, ils ont résolument opté pour la concertation permanente, le rassemblement afin d’éteindre les crises pendantes et désamorcer celles à venir.

On se rappelle très bien, en France, lors des attentats de Paris du 13 novembre 2015, l’on a pu observer que le Président François Hollande a reçu tous les opposants politiques alors même que la Liberté chère à ce peuple venait d’être attaquée.

Au Mali, on peut citer l’exemple du Président Ibrahim Boubacar Keita qui a tout mis en œuvre pour favoriser le retour d’exil de l’ex Président Amadou Toumani Touré, ceci, dans le but de renforcer le vivre ensemble dans son pays.

Au Ghana, les anciens chefs d’Etats s’étaient retrouvés (régulièrement d’ailleurs) pour réfléchir aux décisions les plus importantes engageant la vie et l’avenir de cette nation.

Et au Sénégal, l’on a pu voir le Président Macky Sall rendre hommage à son prédécesseur, le Président Wade lors de l’inauguration de l’aéroport Blaise-Diagne de Dakar.

Tristement, en Guinée, en dépit de la mise en place de structures, pour dit-on, nous mener à la réconciliation nationale, de nombreux Guinéens demeurent en prison. Leurs détentions se poursuivent encore après un an et quelques mois du coup d’État du 05 septembre 2021. Certains n’ont à ce jour pas encore été jugés tandis que d’autres sont sous contrôle judiciaire sans fondement au grand dam de leurs familles respectives.

Mon colonel, Excellence Monsieur le Président

Le coup d’État de 2021 n’est pas le premier que notre jeune Etat a connu dans le cours de son histoire. Depuis l’indépendance en 1958, la Guinée est passée par plusieurs épreuves qui constituaient de véritables menaces pour ses fondements. Pourtant, malgré la dureté de ces épreuves que nous avons connues, nous avons pu nous asseoir, nous parler et aller de l’avant ensemble. Ceci, parce que nous avions compris que nous sommes unis par une communauté de destin qui nous oblige à agir ainsi. Des rencontres ont été organisées par les gouvernants d’alors qui ont bien discerné le besoin profond de créer un cadre propice au rapprochement des Guinéens afin qu’ils puissent bâtir ensemble la Guinée de leurs aspirations.

Ces rencontres, même si elles n’ont pas eu pour résultante immédiate de régler en profondeur tous les problèmes, elles ont eu le mérite de décongestionner l’atmosphère socio-politique. Elles ont surtout assuré certaines choses, parlant du passé.

Aujourd’hui, à l’entame de l’année 2023, notre communauté de destin est fortement en péril, devant le refus affiché de votre pouvoir de donner une chance à la paix, à la réconciliation véritable et à la cohésion sociale, par son obstination à entretenir et approfondir la césure entre les Guinéens.

Monsieur le Président,

En Guinée, les ambitions et intérêts politiques nous ont assez longtemps divisés. Nous n’avons pas été capables de régler nos contradictions dans l’intérêt supérieur de la nation au point de contaminer le peuple et l’entrainer dans des aventures périlleuses. Nous sommes d’accord que toute la classe politique a manqué de pondération et d’humilité de sorte que les responsabilités sur la crise actuelle sont partagées comme le mentionnent certaines structures.

Toutefois, il est inadmissible et injuste que depuis le 05 septembre 2021, les acteurs politiques et sociaux continuent de subir les détentions abusives, l’exil et les confiscations de biens. Après un an et quelques mois, nous pouvons affirmer sans aucun risque de nous tromper que notre pays est divisé et que nous avons deux Guinée : l’une, qui, satisfaite de sa victoire militaire, nargue les vaincus, tandis que l’autre, complètement impuissante, paie le lourd tribut de son engagement politique. ON NE PEUT CONSTRUIRE AINSI UNE NATION.

C’est pourquoi, encore une fois, comme nous l’avons fait systématiquement au temps de votre prédécesseur, nous vous appelons, parce que c’est vous qui détenez aujourd’hui tous les leviers du pouvoir, à donner une chance à la paix et à la réconciliation nationale. Que vous acceptiez enfin de traduire en faits ostensibles, votre slogan du coup d’État : « éviter les erreurs du passé », « Il n’y aura pas de chasse aux sorciers ».

Mourana Fofana

Articles Similaires

Ministère de la Culture : le général Doumbouya nomme des collaborateurs de Moussa Moïse Sylla

LEDJELY.COM

Guinée : la gestion des manifestations pacifiques au centre d’une formation à Conakry

LEDJELY.COM

Mandiana : un camion dérape et fait un mort et plusieurs blessés

LEDJELY.COM

Baccalauréat 2024 : le taux de réussite en recul

LEDJELY.COM

Maison centrale : le ministre de la Justice libère une quinzaine de détenus « oubliés »

LEDJELY.COM

Kenien-Hafia : le supplice des usagers

LEDJELY.COM
Chargement....