Ledjely.com
Accueil » Dossier Rémy Lamah : le ministère public requiert la relaxe
A la uneActualitésGuinée

Dossier Rémy Lamah : le ministère public requiert la relaxe

Le procès qui oppose l’Etat guinéen, la société chinoise ZMC contre l’ex ministre de la santé, Dr Rémy Lamah et la société SOGUIMAP s’est poursuivi hier jeudi 13 juillet devant la chambre de jugement de la Cour de répression des infractions économiques et financières par la phase des réquisitions du ministère public et des plaidoiries des avocats de la partie civile et de la défense.

 Dans cette affaire, la société chinoise ZMC qui avait un contrat de fourniture de la Guinée en produits pharmaceutiques, accuse le général à la retraite Rémy Lamah et ancien ministre de la santé, d’avoir résilié ledit contrat qui portait sur près de 100 milliards GNF, au profit de la société SOGUIMAP.

Prenant la parole pour ses plaidoiries, Me Amadou Baben Camara, l’un des avocats de l’État dans cette affaire a demandé à la Cour de retenir les prévenus dans les liens de culpabilité, avant d’égrener les multiples violations. Pour l’action civile dit-il “nous vous prions de constater la décision rendue par l’ARMP annulant le marché passé par la société SOGUIMAP et le ministère de la santé représenté à l’époque par Rémy Lamah. Nous vous prions aussi de bien vouloir condamner solidairement la société SOGUIMAP et Rémy Lamah à la restitution de la somme de 102 milliards 223 millions 549 mille 356 GNF, représentant la valeur annuelle du contrat litigieux, payée par l’État guinéen à SOGUIMAP. Nous sollicitons également le paiement d’une somme de 200 milliards GNF, au titre des dommages et intérêts. Nous vous prions également monsieur le président d’ordonner l’exécution provisoire de la condamnation pécuniaire à intervenir. Ce, nonobstant toute voie de recours conformément aux dispositions de l’article 535 alinéa 2 du Code de procédure pénale. Nous vous prions aussi monsieur le président d’ordonner la saisie et la confiscation des biens meubles et immeubles appartenant au prévenu. Le tout en application des dispositions des articles 4, 437 alinéa 2 du Code de procédure pénale ».

A l’inverse, le ministère public, lui, trouve qu’il n’y a pas eu de transaction entre l’ancien ministre et la société SOGUIMAP. En conséquence, lui le poursuivant a demandé à la Cour de renvoyer le général Remy Lamah et la société à des fins de poursuite, vu que les faits ne sont établis au-delà du doute. « Les faits de corruption et de complicité ne tiennent pas. En ce qui concerne cette procédure nulle part, il a été démontré qu’il y a eu corruption ou complicité. Donc, monsieur le président nous vous requérons qu’il vous plaise de déclarer monsieur Remy Lamah et la société SOGUIMAP non coupables au bénéfice du doute. En conséquence, de les renvoyer des fins de la poursuite », a explicitement demandé le substitut du procureur, Moustapha Mariama Diallo. Et c’est tout naturellement la même demande que l’avocat de la défense a formulée.

La décision dans ce dossier est attendu le 31 juillet prochain. Mais désormais, l’espoir de voir l’ancien ministre de la Santé se sortir de tout cela est très grand.

Fodé Soumah

Articles Similaires

Ministère de la Culture : le général Doumbouya nomme des collaborateurs de Moussa Moïse Sylla

LEDJELY.COM

Armée : le chef d’Etat-major général des armées annonce la création d’un nouveau bataillon

LEDJELY.COM

Guinée : la gestion des manifestations pacifiques au centre d’une formation à Conakry

LEDJELY.COM

Mandiana : un camion dérape et fait un mort et plusieurs blessés

LEDJELY.COM

Baccalauréat 2024 : le taux de réussite en recul

LEDJELY.COM

Maison centrale : le ministre de la Justice libère une quinzaine de détenus « oubliés »

LEDJELY.COM
Chargement....