Ledjely.com
Accueil » Réquisition de l’armée pour le maintien de l’ordre : le ministre  »Adi Amin » justifie la mesure
A la uneActualitésGuinéePolitique

Réquisition de l’armée pour le maintien de l’ordre : le ministre ”Adi Amin” justifie la mesure

La réquisition de l’armée pendant les périodes de tension sociopolitique, cela commence à intégrer les mœurs en Guinée. Sans cesse contestée, la pratique résiste néanmoins, au point que désormais, à chaque manifestation, on aperçoit des éléments de l’armée aux abords des quartiers contestataires. Interpellé ce mardi à propos, le ministre de la Défense indique qu’il y va de l’ordre dans le pays.  

Le tout premier élément explicatif que fournit le ministre Aboubacar Sidiki Camara tient au rappel suivant : « La Guinée est un Etat ».  Le ministre s’empressant de préciser que l’Etat, « c’est un territoire sur lequel se trouve rassemblée une population qui est soumise à un pouvoir de contrainte ».

L’autre explication résiderait dans le fait que la période que la Guinée vit aujourd’hui est une transition dirigée par des militaires. « L’armée (est) à la tête d’un pays et les gens se permettent de faire du n’importe quoi », lâche-t-il en effet. En somme, dit-il, même en période normale, « notre devoir (armée, ndlr), c’est de maintenir et protéger la population, assurer la continuité des institutions républicaines. Maintenant que nous-mêmes sommes responsables. Les gens veulent installer le (désordre) ».

Par ailleurs, selon le ministre, le recours à l’armée en période de troubles, n’est pas propre à la Guinée. « Tout dernièrement, dans les rues de Paris, on a vu des blindés. Quand vous descendez à l’aéroport Charles de Gaule, vous ne voyez pas les militaires ? Et puisque c’est la Guinée, chacun peut faire ce qu’il veut », s’interroge-t-il ?

Le critère fondamental reste l’ordre. Quand celui-ci est menacé, tous les Etats usent tous moyens pour le préserver ou le restaurer. En outre, conclut le ministre : « Il n’y a pas d’invention, ni de la part du CNRD, ni de la part du gouvernement. C’est la loi guinéenne qui dit que le ministre de l’Administration, du territoire, pour les besoins de sécurité, de la tranquillité des citoyens, peut requérir les forces de défense en troisième position. Première force, c’est la police. Deuxième force, c’est la gendarmerie. Troisième force, c’est l’armée ».

Aliou Nasta

Articles Similaires

25 août : il y a 66 ans…le face-à-face décisif Sékou Touré-Charles de Gaulle

LEDJELY.COM

Ministère de la Culture : le général Doumbouya nomme des collaborateurs de Moussa Moïse Sylla

LEDJELY.COM

Armée : le chef d’Etat-major général des armées annonce la création d’un nouveau bataillon

LEDJELY.COM

Guinée : la gestion des manifestations pacifiques au centre d’une formation à Conakry

LEDJELY.COM

Mandiana : un camion dérape et fait un mort et plusieurs blessés

LEDJELY.COM

Baccalauréat 2024 : le taux de réussite en recul

LEDJELY.COM
Chargement....