Ledjely.com
Accueil » Ibrahima Tawel Camara : « Nous ignorions qu’on était retransmis par Guineematin »
A la uneActualités

Ibrahima Tawel Camara : « Nous ignorions qu’on était retransmis par Guineematin »

Le procès des deux commissaires de la Haute autorité de la communication (HAC), inculpés hier pour diffamation contre le chef de l’Etat et déposés à la Maison centrale, dans la foulée, s’est ouvert ce mercredi 19 juin au tribunal de première instance de Kaloum. 

Au cours de la comparution, Ibrahima Tawel Camara a, sans ambages, reconnu les faits. A l’occasion, il est aussi revenu sur les circonstances dans lesquels lui et Djénè Diaby ont tenu les propos qui leur reprochés, le 12 juin dernier, à Kankan. « C’est durant la phase des questions et réponses de la conférence de presse qu’on a organisée lors de notre tournée à l’intérieur du pays, pour une mission de sensibilisation dans le but de respecter l’éthique et la déontologie du métier qu’il y a eu un dérapage ».

S’il assimile leur sortie à Kankan à un dérapage, il en veut néanmoins davantage à la presse qui a relayé les propos qu’au contenu même de la communication malencontreuse. « Ce n’est pas facile de communiquer. Nous ignorions qu’on était retransmis en direct par certains sites en ligne, le site Guineematin.com. Ils ne nous ont pas informés qu’on était en direct. Vous savez, à l’arrivée de notre équipe à la HAC, Guineematin.com a été le premier média qu’on a eu à sanctionner justement pour avoir fait le direct pendant les élections. (…) C’était dans l’euphorie, parce qu’il y avait des journalistes qui nous avaient envoyé des questions qui n’avaient aucun rapport avec le message de la sensibilisation porté par la mission. Nous n’étions pas obligés de répondre, mais nous ne savions pas qu’on était en direct. Le travail d’un journaliste, même quand il fait une interview, ce n’est pas de divulguer tout ce que son interlocuteur lui dit. Il doit faire un travail de tri. Tout ce qui était dit n’était pas censé sortir là-bas. Parler, ce n’est pas facile surtout quand on est en face des journalistes », explique Ibrahima Tawel Camara

« Je ne peux pas apporter des preuves de mes déclarations. Je vous assure que cela a été une erreur de langage. Nous présentons des excuses à tout le monde. A commencer par le Premier magistrat, le chef de l’État, les patrons de presse et même les citoyens », finit-il par admettre.

Fodé Soumah

Articles Similaires

Conakry : Salifou Camara Super V rejoint sa dernière demeure

LEDJELY.COM

Urgent : Joe Biden annonce le retrait de sa candidature et soutient Kamala Harris

LEDJELY.COM

Marc Yombouno ironise : « On refuse Alpha Condé, on félicite Paul Kagamé »

LEDJELY.COM

De l’eau potable à l’école primaire de Gbackédou

LEDJELY.COM

Evaluation des partis politiques : Dr. Faya Millimono proteste

LEDJELY.COM

Dubaï : comment des africains ont été dupés par une « sulfureuse » société immobilière, dénommée The First Group…

LEDJELY.COM
Chargement....