Ledjely.com
Accueil » MORT DU JUGE RAPHAEL YANYI : une thèse qui ne passe pas
A la une Actualités Afrique Politique

MORT DU JUGE RAPHAEL YANYI : une thèse qui ne passe pas

Dans l’affaire relative à la mort du juge Raphaël Yanyi Ovungu, en République démocratique du Congo (RD Congo), les autopsies se suivent et ne se ressemblent pas. Alors qu’un premier examen pratiqué sur le corps du défunt avait révélé que le décès surprise du haut magistrat était consécutif à un empoisonnement, ce mardi 16 juin 2020, le vice-premier ministre et  ministre de la Justice a, quant à lui, évoqué une hémorragie crânienne, comme étant la cause du même décès. Citant la seconde autopsie, Celestin Tunda a imputé cette hémorragie a des coups que le défunt juge en charge de la conduite du procès très sensible de Vital Kamerhé aurait reçus à la tête. Mais cette thèse-là a du mal à se frayer un chemin. Aussi bien dans la famille de feu Raphaël Yanyi qu’au sein de l’opinion publique, on émet des doutes sur la fiabilité de cette seconde version défendue par les autorités à Kinshasa.

Le premier motif du doute que nourrissent bon nombre d’observateurs réside dans la contradiction des résultats des deux autopsies pratiquées sur le corps de Raphaël Yanyi. En effet, après son décès surprise dans la nuit du 26 au 27 mai 2020, la première autopsie permis de retrouver des traces de « substances toxiques » dans son corps. L’information avait été révélée par nos confrères de la radio Okapi, la radio des Nations unies. Autant dire que les autorités de Kinshasa ne s’étaient pas bousculées pour annoncer ces premiers résultats. Et la seconde autopsie avait été requise avec comme objectif d’aider à identifier la nature des substances mises en évidence par la première. Mais contre toute attente, elle a débouche plutôt sur l’annonce d’une seconde thèse quant à la cause de la mort du défunt juge. Et cette fois, c’est le vice-premier ministre et ministre de la Justice qui, avant d’en parler à la famille de feu Raphaël Yanyi, monte au créneau pour faire l’annonce via la presse. Pour beaucoup, il y a là une forme de parti pris et de préférence de la part des autorités. De toute évidence, elles voudraient faire admettre cette seconde version-là. Pour quelles raisons ? Difficile de savoir.

Mais ce qui est sûr, elles ont du pain sur la planche. En effet, la thèse des coups administrés à Raphaël Yanyi se heurte à un épais mur de suspicions et de scepticisme. Pour beaucoup, elle n’est pas réaliste. S’il est vrai que le juge était bien portant quelques heures avant son décès, on se demande cependant à quel moment pourrait-il avoir reçu les prétendus coups sur son crane ? D’autant que dans sa famille, on rappelle qu’il ne conduisait pas lui-même sa voiture et qu’il avait une garde dédiée. Par ailleurs, ses premières plaintes n’avaient rien à voir avec des douleurs à la tête. Plutôt, on a rapporté des vomissements. Autant d’éléments qui rendent peu probable la piste que voudrait faire prospérer notamment le ministre de la Justice.

Pour autant, il reste à savoir pourquoi les autorités congolaises s’évertueraient-elles à manipuler les résultats de la seconde autopsie ? De même, quel intérêt ont-elles à vouloir coûte que coûte imposer une thèse au détriment d’une autre, dans la mort de Raphaël Yanyi ? Difficile de trouver réponses à ces questions. En effet, quelle que soit la thèse qui l’emporte ici, la conclusion serait que le juge a été assassiné. Et à priori, le pouvoir congolais n’est pas le premier vers qui s’orienteraient les soupçons. Alors, encore une fois, pourquoi voudrait-il prendre parti ?  La question demeure donc !

Boubacar Sanso BARRY

Articles Similaires

PRESIDENTIELLE DU 18 OCTOBRE : la CEEA présente son rapport préliminaire

LEDJELY.COM

VIOLENCES POST-ELECTORALES : des boutiques pillées à N’Zérékoré

LEDJELY.COM

CELLOU DALEIN REVENDIQUE SA « VICTOIRE » : réaction de la communauté international

LEDJELY.COM

PRÉSIDENTIELLE DU 18 OCTOBRE : « Dans 91% des bureaux de vote, les représentants des candidats n’ont pas contesté les résultats officiels » (CoCEG)

LEDJELY.COM

La crise politique guinéenne a encore de beaux jours devant elle

LEDJELY.COM

KINDIA : après la présidentielle, réactions de quelques citoyens !

LEDJELY.COM
Chargement....