Ledjely.com
Accueil » KANKAN : une reprise des cours plutôt morose
A la une Education Haute-Guinée

KANKAN : une reprise des cours plutôt morose

C’est à croire qu’enseignants, élèves et étudiants ne viennent pas de passer trois mois en dehors des salles de classe. En tout cas, à Kankan, la reprise de ce lundi a été marquée par une forte absence des enseignants du privé et une faible affluence dans les écoles publiques et à l’université Juluis N’yerere de Kankan. C’est du moins le constat fait ce matin par le correspondant du Djely basé dans la savane guinéenne.

C’était pourtant une réouverture très attendue. Mais à l’arrivée, elle ne connait qu’un faible engouement en particulier dans les écoles privées, affectées par la grève du SYNEPGUI. En ce qui concerne les établissements publics visités par notre correspondant, les dispositifs sanitaires étaient en place. Il a noté la présence des kits de lavage des mains au niveau des entrées, les thermo-flashs, la distanciation sociale, le réaménagement de l’emploi et surtout le port obligatoire des masques. Du lycée régional Almamy Samory Touré à celui du 3 avril en passant par le lycée Morifindjan Diabaté, ces mesures barrières sont en place. Il en est de même à l’université Juluis N’yerere. « Toutes les mesures sanitaires et pédagogiques sont prises, on a procédé à un réaménagement du programme pour finaliser l’année universitaire et les mesures sanitaires aussi sont obligatoires », assure le directeur de communication Karamo Condé. Qui poursuit : « nous ne souhaitons pas avoir de cas de Covid-19 ici, mais si on constatait les symptômes chez un étudiant, nous le mettrons à la disposition des agents de santé avec lesquels nous sommes déjà en contact ».

Pour ce qui est de l’affluence, notre reporter a notamment constaté au niveau du lycée Morifindian Diabaté, que sur les 802 candidats normaux au BEPC, à peine la moitié était en classe. « On a eu 617 présents, mais nous avons dû renvoyer plus de 250 pour défaut de port de masques », confie le principal Mamadou Saliou Diallo.

Au groupe scolaire privé Emmanuel, le vigile qui assure la sécurité des lieux n’a pas voulu s’exprimer. Il explique avoir reçu des instructions de ne rien dire.

Du côté du Syndicat des enseignants du secteur privé de Guinée (SYNEPGUI), on jubile. « On l’a promis et on l’a fait. Sur les 11 établissements privés de la ville, seuls 2 (Emmanuel et Saint-Jean) ont étudié, ce avec la trahison de certains parmi nous », se félicite Ibrahima Kefinah Kaba, le responsable de communication du syndicat du côté de Kankan. Et le syndicaliste assure qu’il en sera ainsi jusqu’à ce que sur la base des négociations en bonne et due forme, le secrétaire général du SYNEPGUI fasse une déclaration de suspension ou de levée de la grève.

De Kankan, Michel Yaradouno pour ledjely.com

Articles Similaires

Décès de Mamadou Tandja, ancien président du Niger

LEDJELY.COM

DUBREKA : une mère de famille battue à mort par son petit-ami à Yorokoguia

LEDJELY.COM

Le Musée national de Sandervalia, comme un jardin à l’abandon !

LEDJELY.COM

COVID-19 : la réouverture sécurisée des écoles est effective à Kankan avec l’appui de l’UNICEF

LEDJELY.COM

INTERDICTION DES MANIFESTATIONS EN GUINEE : ce qu’en pense le député Aly Kaba, le chef de file du RPG à l’Assemblée nationale

LEDJELY.COM

DES OPPOSANTS PHOTOGRAPHIÉS AVEC LA MENTION ‘COMPLOT’ : « C’est inadmissible », estime le ministre Damantang

LEDJELY.COM
Chargement....