Ledjely.com
Accueil » LUTTE CONTRE LE COVID-19 : le Collectif des six vole au secours des journalistes de Conakry, Kindia et Mamou
A la une Actualités Coronavirus Médias Société

LUTTE CONTRE LE COVID-19 : le Collectif des six vole au secours des journalistes de Conakry, Kindia et Mamou

La presse guinéenne était fortement mobilisée dans la matinée de ce vendredi 14 août 2020 autour des journalistes du Collectif des six contre le COVID-19. C’était à l’occasion du lancement d’une initiative de distribution de kits sanitaires pour les personnes victimes de COVID-19, et plus particulièrement les journalistes. Au total 5000 masques et 1100 gels hydroalcooliques vont être répartis entre les médias publics et privés de la capitale, mais également ceux de Kindia et Mamou qui ont été frappé de plein fouet par la pandémie.

S’agissant du partage, 1000 masques et 200 gels hydroalcooliques sont destinées à l’Union des radiodiffusions et télévisions libres de Guinée (URTELGUI), 500 masques et 100 gels hydroalcooliques à l’Association guinéenne de la presse en ligne (AGUIPEL), 400 masques et 60 gels à l’Association guinéenne des éditeurs de la presse indépendante (AGEPI), 300 masques et 60 gels au Réseau des médias sur internet en Guinée (REMIGUI), 200 masques et 60 gels à l’Union de la presse libre de Guinée (UPLG), 200 masques et 60 gels à l’Association des professionnelles africaines de la communication (APAC), 200 masques et 60 gels au Syndicat des professionnels de la presse privée de Guinée (SPPG). Les médias publics ont, eux, reçu 1000 masques et 300 capsules de gels hydroalcooliques. Quant aux 1000 masques et 200 gels restants, ils seront acheminés à l’intérieur du pays.

Ce sont les locaux de l’URTELGUI et de la Radiotélévision guinéenne (RTG) qui ont respectivement servi de cadre à la remise du don aux médias privés, à travers les associations de presse ci-nommées, et aux médias publics.

Dans son intervention, Aboubacar Diallo, le porte-parole du collectif, a renouvelé sa gratitude à l’ensemble de la presse pour l’élan de solidarité dont les membres du collectif ont bénéficié suite à leur contamination au COVID-19. « Nous avons été les premiers à être atteints (par la maladie) dans un contexte de psychose généralisée. A l’époque, quand on apprenait que quelqu’un est atteint du COVID-19, on pensait directement à la mort. Mais les contextes ont changé. Aujourd’hui, on sait que le taux de natalité de cette maladie est l’un des plus faibles. Donc, on estime que l’on peut être reçu dans un centre de traitement et en ressortir guéri », se félicite-t-il.

Poursuivant, le chroniqueur de l’émission « Les grandes gueules » d’Espace FM et TV a expliqué que cette initiative a été déclenchée depuis le centre de traitement épidémiologique (CTEpi) de Donka où ils ont séjourné durant leur convalescence. « Dans le plan de riposte, tel que conçu par le gouvernement, sauf erreur de ma part, la presse a été le maillon qui n’a pas été pris en compte, ni en terme de soutien financier, ni même en terme de distribution de kits sanitaires. Nous avons posé le problème à l’ANIES qui nous a promis de nous accompagner, ce qui n’a pas encore été fait. Pour autant qu’ils ne peuvent pas communiquer sans la presse, pour autant que nos journalistes et reporters sont tout le temps sur le terrain, exposés à cette maladie. Donc c’est sur cette base là que nous avons mis en place cette initiative », ajoute-t-il, avant de rappeler la réalisation de capsules de témoignages vidéos et d’articles de presse individuels sur 6 thématiques pour des fins de sensibilisation sur l’automédication par Aboubacar Diallo, Mohamed Mara sur le COVID-19 dans les médias, Lamine Mongnouma Cissé sur les gestes barrières, Mamadou Oury Diallo sur le dépistage, Moussa Yéro Bah sur la santé de la reproduction en rapport avec la COVID-19 et Boubacar Sanso Barry sur les réticences face à la pandémie de COVID-19.

« Nous avons commandé aussi des denrées alimentaires pour les trois derniers journalistes qui ont été atteint de COVID-19 à Conakry, mais qui n’avaient pas bénéficié d’assistance comme nous. Il y a aussi 9 journalistes de Kindia et d’autres de Mamou », ajoute Aboubacar Diallo.

Sanou Kerfalla Cissé se félicite de l’initiative du Collectif des six contre le COVID-19. « Nous le savions à l’URTELGUI, que tôt ou tard, ils allaient faire cet acte en faveur d’autres confrères, d’autres victimes », assure-t-il.

De son côté, Sidy Diallo, le secrétaire général du Syndicat de la presse privée de Guinée, a fustigé l’abandon de la corporation par le gouvernement. « Parmi toutes les corporations, la presse a été frappée très dure. Et jusqu’à présent, nous sentons les conséquences parce que certains sont à la maison depuis près de 4 mois. Nous sentons cette maladie à travers nos patrons qui n’arrivent même pas, malheureusement, à payer nos salaires », alerte-t-il.

A noter qu’une minute de silence a été également observée à la demande du président de l’URTELGUI en solidarité à la Radio Djigui FM qui observe une journée de deuil à la mémoire de son fondateur, Mamadi Diawara, décédé la semaine dernière.

Hawa Bah

Articles Similaires

DÉLINQUANCE JUVÉNILE : les conseils de Kiridi Bangoura pour les jeunes de Manéah

LEDJELY.COM

KANKAN : réactions croisées de citoyens après la reconduction de Kassory Fofana à la Primature

LEDJELY.COM

VENTE DE DOMAINES DE L’ETAT A COYAH : les mises en garde du député Abdoulaye Bernard Keita

LEDJELY.COM

KANKAN : six mois sans salaire pour les contractuels du CERVAK !

LEDJELY.COM

KASSORY FOFANA : le choix de la cohérence

LEDJELY.COM

Après l’échec de son mariage forcé à 14 ans, c’est la renaissance pour F.T. grâce à l’UNICEF

LEDJELY.COM
Chargement....