Ledjely.com
Accueil » MACENTA : les jeunes de Bofossou manifestent pour réclamer la condamnation d’un policier accusé d’avoir tué une femme
A la uneActualitésGuinée ForestièreSociété

MACENTA : les jeunes de Bofossou manifestent pour réclamer la condamnation d’un policier accusé d’avoir tué une femme

Ce lundi 17 août 2020, après la manifestation des jeunes de la commune urbaine de Macenta qui dénonçaient le mauvais état des routes, ce sont ceux de la sous-préfecture de Bofossou – relevant elle aussi de la préfecture de Macenta – qui ont pris le relais dans l’après-midi. En ce qui le concerne, ils ont manifesté devant la police et la gendarmerie pour exiger qu’on leur rende un policier accusé d’assassinat d’une femme.  Ledit policier est détenu dans dans les locaux de la police de Macenta depuis la commission des faits qui remonte au 27 juin dernier 2020.

De fait, les jeunes de Bofossou trouvent que l’attente devient longue. Ils en ont conséquemment eu marre. Parmi eux, quelques-uns estiment que la lenteur dans la procédure ne peut s’expliquer que par le trafic d’influence dont le policier serait bénéficiaire. Conséquence, « les jeunes veulent se rendre justice », nous dit un témoin de la manif de ce lundi.

Une manifestation qu’un membre actif de la société civile de Macenta, joint au téléphone, nous décrit comme suit : « la situation est grave. La circulation et le commerce sont paralysés. Ça tire dans tous les sens. Les jeunes s’affrontent avec les forces de l’ordre, jets de pierres contre tirs à balles. Déjà deux manifestants sont touchés par balles. Une vieille et un jeune. La vieille a reçu la balle au niveau de ses cuisses et quant au jeune, c’est à la nuque. C’est moi qui suis allé les déposer à l’hôpital régional. Moi-même j’ai été touché par un caillou au niveau de ma tête ».

« Pour disperser les manifestants, les forces de l’ordre ont fait usage de gaz lacrymogène », nous dit un citoyen de Macenta joint au téléphone.

Egalement joint par le correspondant régional de ledjely.com, le maire de la commune urbaine de Macenta confirme l’information de la manifestation tout en minimisant l’ampleur de l’événement. « Ce sont des femmes de Bofossou qui sont venues s’enquérir de l’évolution de la procédure relative au policier. Comme elles n’étaient pas convaincues, on est allé ouvrir la prison de la gendarmerie et de la police. Elles ont compris que vraiment le monsieur est toujours détenu. Il est à la disposition de la justice. Moi-même, je suis comme ça à mon bureau », dit le maire Enénéo Guilavogui.

Niouma Lazare Kamano correspondant régional pour ledjely.com

Articles Similaires

Recrutement au ministère de la Justice : Charles Wright demande des poursuites pour contre certains candidats

LEDJELY.COM

Cameroun : Martinez Zogo, révélateur d’un régime à bout de souffle

LEDJELY.COM

Séismes en Turquie/Syrie : Qu’en est-il des ressortissants guinéens ?

LEDJELY.COM

CRIEF : Paul Moussa Diawara rejette les accusations de détournement

LEDJELY.COM

Le représentant pays de l’UNICEF en tournée à Labé

LEDJELY.COM

Kankan : un bâtiment et son contenu consumés dans le quartier Bordo

LEDJELY.COM
Chargement....