Ledjely.com
Accueil » MALI : des militaires prennent le contrôle d’une garnison, le président Keïta aurait été arrêté
A la une Actualités Afrique International Politique

MALI : des militaires prennent le contrôle d’une garnison, le président Keïta aurait été arrêté

En pleine mutinerie, des soldats maliens ont rassemblé mardi 18 août plusieurs hauts responsables civils et militaires pour les ramener à leur base, ont déclaré une source des services de sécurité et un fonctionnaire du bureau du Premier ministre. Selon un chef de la mutinerie, le président Ibrahim Boubacar Keïta et son Premier ministre, Boubou Cissé, ont été « arrêtés » en fin d’après-midi à Bamako.

Des soldats maliens ont rassemblé, mardi 18 août, plusieurs hauts responsables civils et militaires pour les ramener à leur base, dans le cadre d’une mutinerie, selon deux sources gouvernementales.

Le président malien Ibrahim Boubacar Keïta et son Premier ministre, Boubou Cissé, ont été « arrêtés » en fin d’après-midi à Bamako par des militaires en révolte, a affirmé un des chefs de la mutinerie.

« Nous pouvons vous dire que le président et le Premier ministres sont sous notre contrôle. Nous les avons arrêtés chez lui », a déclaré ce militaire ayant requis l’anonymat. « IBK (le président Keïta) et son Premier ministre sont dans un blindé en route pour Kati », le camp militaire de la banlieue de Bamako où la mutinerie a débuté dans la matinée, a affirmé une autre source militaire dans le camp des mutins.

Des coups de feu sur la base de Kati

Dans un communiqué, le Premier ministre du Mali, Boubou Cissé, a demandé auparavant aux soldats de se retirer et a appelé au dialogue pour résoudre la situation.

La mutinerie « reflète une certaine frustration qui pourrait avoir des causes légitimes ». Le gouvernement du Mali « demande à tous les auteurs de ces actes de se retirer », a déclaré Boubou Cissé.

Un porte-parole militaire malien a confirmé que des coups de feu ont été tirés sur la base de Kati, à environ 15 km de la capitale, mais a déclaré qu’il n’avait pas d’autres informations.

En 2012, une mutinerie sur cette même base de Kati avait conduit à un coup d’État et renversé le président de l’époque, Amadou Toumani Touré, et contribué à la chute du nord du Mali aux mains des djihadistes qui continuent à opérer dans le nord et le centre du pays.

Un diplomate européen a déclaré qu’un nombre relativement faible de membres de la Garde nationale, apparemment en colère à cause d’un conflit salarial, s’était emparé d’un dépôt de munitions mardi mais aurait ensuite été encerclé par d’autres services d’ordre gouvernementaux.

« Oui, mutinerie. Les soldats ont pris les armes », a déclaré de son côté une source au sein des services de sécurité.

Ouest France

Articles Similaires

KANKAN : un étudiant décède en plein cours à l’Université Julius Nyerere

LEDJELY.COM

SANOYAH-KM36 : des vendeuses font leur retour sur les lieux où elles ont été récemment déguerpies

LEDJELY.COM

COYAH : un homme se suicide par pendaison, peu après son arrivée de Macenta

LEDJELY.COM

GOUÉCKÉ : des jeunes en colère incendient des installations de traitement Ebola

LEDJELY.COM

EBOLA ET COVID-19 : les leaders religieux de Kankan invités à sensibiliser pour le respect des mesures barrières

LEDJELY.COM

LA DÉMOCRATIE SÉNÉGALAISE EN DANGER : arrestations tous azimuts et menaces sur les libertés et l’accès à l’information

LEDJELY.COM
Chargement....