Ledjely.com

Accueil » URGENT : la CEDEAO prononce des sanctions ciblées contre les membres du CNRD
A la une Afrique Guinée Politique

URGENT : la CEDEAO prononce des sanctions ciblées contre les membres du CNRD

Si elle s’était montrée relativement clémente à l’issue du son premier sommet consacré à la nouvelle donne qui prévaut en Guinée depuis le coup d’Etat du 5 septembre dernier, cette fois la CEDEAO a eu la main lourde. En effet, au nombre des décisions qui sanctionnent le sommet extraordinaire que les chefs d’Etat de l’organisation sous-régionale ont tenu ce jeudi à Accra, la capitale du Ghana, on a la mise en œuvre des « sanctions ciblées conformément aux protocoles de la CEDEAO, impliquant l’interdiction de voyage des membres du CNRD ainsi que des membres de leur famille et le gel de leurs avoirs financiers ».

Manifestement, la mission d’évaluation de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’ouest (CEDEAO) qui s’est récemment rendue à Conakry n’a pas été convaincue par les garanties offertes par le colonel Mamady Doumbouya et ses camarades. Ainsi, l’engagement de la junte à œuvrer pour un retour rapide de l’ordre constitutionnel est qualifié « d’apparent », par les chefs d’Etat qui se sont réunis ce jeudi à Accra. La seule bonne note que l’instance sous-régionale aura relevée, ce sont les « consultations avec l’ensemble des acteurs nationaux et internationaux sur la situation socio-politique en République de Guinée ».

Conséquence, la CEDEAO maintient son exigence pour la « libération immédiate et sans condition » du président Alpha Condé. En tout état de cause, elle dit tenir les membres CNRD pour « responsables individuellement et collectivement de l’intégrité physique » de l’ancien président.

Pis, la CEDEAO exige la tenue des élections législatives et présidentielles dans 6 mois. Elections auxquelles les membres du CNRD ne devront pas prendre part, précise le communiqué final de la conférence des chefs d’Etat.

Voilà qui ne risque pas de plaire les nouvelles autorités guinéennes. Et ces dernières pourraient avoir une bonne partie de l’opinion publique de leur côté. Surtout à propos du délai de six mois que la CEDEAO fixe pour la durée de la transition. D’autant que ces jours-ci, on a entendu des acteurs proposer jusqu’à 5 ans.

Ledjely.com

Articles Similaires

EMBALO : « Je n’ai jamais vu le président Sassou triste comme le jour du coup d’Etat en Guinée »

LEDJELY.COM

Le colonel Mamadi Doumbouya au chevet de M’mah Sylla, victime de viol

LEDJELY.COM

RACKETS ET EXTORSION : Mamadi Doumbouya met en garde gendarmes et policiers

LEDJELY.COM

DABOMPA : les vendeuses rechignent à libérer les abords du marché

LEDJELY.COM

TRANSITION EN GUINEE : quelles perspectives pour la Justice ? (1ère partie)

LEDJELY.COM

GUINEE : vers l’élaboration d’un code de bonne conduite des journalistes

LEDJELY.COM
Chargement....