Ledjely.com
Accueil » CONAKRY : en guise de « correction », une dame brûle une fillette à l’aide d’un fer à repasser
ActualitésFaits-divers

CONAKRY : en guise de “correction”, une dame brûle une fillette à l’aide d’un fer à repasser

Ce mardi 29 mars 2022, l’Office de la protection du genre de l’enfance et des mœurs (l’OPROGEM) a présenté la dame qui a collé la semaine dernière le fer à repasser à la fillette qu’elle accueille chez elle au quartier Foulamadina dans la commune de Ratoma.

C’est pour un présumé cas de vol que Fatoumata Binta Barry, âgée de 36 ans, comptable de formation, s’est servie d’un fer à repasser et d’autres outils pour « corriger » la fillette âgée de six ans, venue de Gaoual pour son éducation.

Interrogée, la commissaire Marie Gomez, directrice générale de l’OPROGEM, est revenue  sur les détails de cet acte odieux. « Nous avons reçu l’appel d’une dame de l’officier de police. Suite à une clameur publique, elle s’est rendue sur les lieux à Foulamadina où la population voulait lyncher la dame qui a brûlé la victime âgée de six ans, avec un fer à repasser. Quand nous l’avons entendue sur procès-verbal, elle a dit que la fille ne fait que voler (…) De surcroît, à six ans, elle n’est pas scolarisée », a-t-elle fustigé.

« Donc, nous avons référé la victime à la médecine légale, mais selon ce rapport, il n’y a pas seulement que la brûlure. Il y a d’autres points à signaler, il y a un œdème frontal, une plaie traumatique mesurant 7 cm à la lèvre supérieure de la victime, une plaie traumatique à la lèvre inférieure. Les égratignures sur le nez, une derma-brasion horizontale de 18 cm, située au niveau du thorax, un placard cutané blanchâtre avec système mesurant 16 à 17 cm, localisé au niveau de l’abdomen estimé à 4,5% de la surface corporelle totale de l’enfant. Un placard cutané mesurant 17 soit 8,5 cm, situé au niveau de la cuisse gauche de l’enfant. Deux brûlures cutanées mesurant respectivement 5,6 cm et 7,5 cm aux régions fessiers », a précisé la patronne de l’OPROGEM.

La présumée auteure des actes de violence a reconnu les faits, avant de « regretter » son acte : « Je ne sais pas ce qui m’a poussée à le faire. Jusqu’à présent moi-même je me pose la question. Vraiment, je ne sais pas. Je l’ai brûlée deux fois avec le fer. J’étais en train de repasser mes habits quand elle a fait ce qu’elle a fait, ce n’était pas la première fois qu’elle le fait. J’avais déjà fini de repasser, quand je lui ai dit que je vais la frapper elle a commencé à grimper sur les choses, sur le lit et tout. Du coup, je ne sais pas comment je me suis retrouvée jusqu’à mettre le fer sur elle (…) Quand elle est venue chez moi, avec des cicatrices et des boutons sur son corps, c’est moi qui ai soigné ces boutons-là. Je regrette le geste ».

Balla Yombouno

Articles Similaires

Urgent : Joe Biden annonce le retrait de sa candidature et soutient Kamala Harris

LEDJELY.COM

Marc Yombouno ironise : « On refuse Alpha Condé, on félicite Paul Kagamé »

LEDJELY.COM

De l’eau potable à l’école primaire de Gbackédou

LEDJELY.COM

Dubaï : comment des africains ont été dupés par une « sulfureuse » société immobilière, dénommée The First Group…

LEDJELY.COM

Environnement : EDG et ses partenaires se mobilisent pour la réhabilitation des têtes de sources de quatre barrages hydroélectriques à Kindia

LEDJELY.COM

Guinée : le ver est-il dans le fruit ?

LEDJELY.COM
Chargement....