Ledjely.com
Accueil » KISSIDOUGOU : la galère des enseignants contractuels avant le versement de leurs primes
A la uneActualitésEducationGuinéeGuinée Forestière

KISSIDOUGOU : la galère des enseignants contractuels avant le versement de leurs primes

Alors qu’ils avaient passé trois mois sans être payés, les autorités ont récemment annoncé le versement des primes des enseignants contractuels communautaires recrutés en 2022. Une annonce que les intéressés ont accueillie comme une bouffée d’oxygène à travers les quatre coins du pays. Mais à Kissidougou, entre l’annonce et son effectivité, il y a quelques couacs d’ordre administratif. Des couacs qui mettent les enseignants à cran.

Initialement prévue pour le 5 janvier 2023, la paie de primes des enseignants contractuels communautaires de Kissidougou n’a toujours pas démarrée.  Si certains attendent impatiemment, d’autres en sont encore à la constitution du dossier devant sous-tendre la mise à disposition de la prime. En particulier, ceux qui viennent des zones reculées vivent très mal cette longue attente.  « Nous sommes là depuis deux à trois jours pour le paiement de nos primes. Certains n’ont pas de logement et difficilement on trouve à manger. Et pourtant c’est le communiqué de l’Etat qui nous a invités à venir ici », peste Salomon Millimouno, en service dans la commune rurale de Manfran.

Et même au sujet des documents exigés, il y aurait une certaine confusion. « Concernant les dossiers à fournir, initialement on a demandé quelques documents. Mais arrivés ici, on nous parle d’autres dossiers encore. On ne sait plus quoi faire. Sinon, c’est l’extrait d’acte de naissance, le cahier de préparation, deux photos fond blanc, l’attestation de travail et le contrat. Mais ce matin, on nous demande d’aller légaliser le jugement supplétif à 150 mille francs guinéens, pendant que nous n’avons aucun franc en poche », plaint Salomon Millimouno.

Servant lui dans la sous-préfecture de Fermessadou Pompö, Gilbert Iffono dénonce aussi un calvaire insupportable. « Depuis mercredi, dit-il, je suis à Kissidougou pour la paie et on est en train de collecter les dossiers demandés pour qu’on puisse avoir nos primes.  Moi personnellement, je me suis endetté pour venir en vue de la constitution de mes documents. Donc, je ne peux pas repartir sans argent à mon poste, ils doivent nous payer les trois mois ».  Iffono ne supporte pas non plus l’idée que le gouvernement les oblige, eux, à passer par un autre concours pour accéder à la Fonction publique. « Nous demandons qu’on nous recrute sans test parce que, dans certaines écoles nous les contractuels, sommes plus nombreux que les enseignants titulaires », demande-t-il.

Au-delà des enseignants eux-mêmes, le retard que l’on accuse dans la mise à disposition des primes impacte déjà le fonctionnement des écoles. Dans quelques-unes d’entre elles en effet, les élèves sont abandonnés par les enseignants partis chercher les primes. Et c’est pourquoi le coordinateur des contractuels sollicitent de ceux de la commune urbaine de Kissidougou à reprendre les cours jusqu’à l’arrivée de la mission devant payer les gens. « Je demande à nos amis de la commune urbaine de reprendre les cours en attendant l’arrivée de la mission. Pour éviter que les enfants ne chôment dans les écoles. Pour ceux des communes rurales, je vous demande de garder patience et chercher les documents demandés avant que l’équipe en charge de la paie ne soit là. Je vous invite à la retenue », exhorte Kaba Mara.

Jusqu’à 16 heures, hier vendredi, les enseignants contractuels étaient encore à l’attente de cette équipe.

Niouma Lazare Kamano, correspondant régional pour ledjely.com

Articles Similaires

Séismes en Turquie/Syrie : Qu’en est-il des ressortissants guinéens ?

LEDJELY.COM

CRIEF : Paul Moussa Diawara rejette les accusations de détournement

LEDJELY.COM

Le représentant pays de l’UNICEF en tournée à Labé

LEDJELY.COM

Kankan : un bâtiment et son contenu consumés dans le quartier Bordo

LEDJELY.COM

EMA 2023 : liste des présélectionnés dans les catégories « Entreprise publique de l’année » et « Chef d’entreprise de l’année »

LEDJELY.COM

TPI Dixinn : le délibéré dans l’affaire de Makhissa Sampou attendu le 6 mars

LEDJELY.COM
Chargement....