Ledjely.com
Accueil » Viol à Hakuna Matata : le mis en cause indexe à son tour la fondatrice de l’orphelinat
ActualitésGuinéeJusticeSociété

Viol à Hakuna Matata : le mis en cause indexe à son tour la fondatrice de l’orphelinat

Nero Lancinet Camara a comparu pour la deuxième fois ce mardi 7 février 2023 devant le tribunal de première instance de Mafanco. Accusé de viol, de harcèlement et complicité sur plusieurs filles par son ex épouse et fondatrice de l’orphelinat, le coach en communication publique continue de nier les faits qui lui sont reprochés. Il se présente même comme une victime d’un complot monté de toutes pièces par Laurence Rouyer et un certain Phillip qu’il dit être l’amant de cette dernière.

D’abord, lors de l’ouverture de l’audience, les débats ont porté sur la qualité Laurence Rouyer en tant que partie civile. La défense de Nero Lancinet Camara n’était pas d’accord que celle-ci soit présentée ainsi devant la juge Kallo Bamba. « Je me suis évertué à prouver que Madame Laurence a les qualités requises pour comparaître à cette audience comme partie civile. Sur la base des actes administratifs qui ont été délivrés à son orphelinat et aussi sur la base d’une décision rendue par la juridiction spécialisée sur des questions de mineurs qui est le tribunal pour enfant de Conakry dont le président avait rendu une ordonnance de placement de ces trois enfants en situation de danger au sein de l’orphelinat », a rétorqué Me Camara Modibo, conseil de l’orphelinat Hakuna Matata.

En outre, Me Camara promet de démontrer, preuves à l’appui, que l’accusé est bien coupable. « Je veillerai à démontrer que Monsieur Camara n’est qu’un imposteur qui a usé de l’affection et de l’amour qui lui ont été témoignés par son épouse en l’associant à cette aventure humanitaire », a promis l’avocat.

En face, la défense de Nero Lancinet Camara dit toute sa joie de voir les débats s’ouvrir enfin autour de cette histoire de viol. Aux yeux de Me Sidiki Bérété, son client est d’autant plus serein que, fait-il remarquer, aucun enfant, ni parent d’enfants n’a porté plainte. « C’est Phillip, l’amant de Madame qui porte plainte en lieu et place des enfants. Ce qui est même inadmissible, on dit qu’il y a viol, madame habite dans la même chambre que son mari. Comment il peut y avoir viol alors que vous êtes avec votre mari dans la même chambre », s’interroge l’avocat ?

D’ailleurs, l’avocat de Nero a tenu à attirer l’attention du ministère public sur l’orphelinat. Il demande, en effet, à ce que le centre d’accueil où « on pratique la traite des personnes » soit fermé. « La dame n’a aucune qualité. Ces enfants qui sont dans cet orphelinat sont en dépravation. Elle monnaie les enfants là pour les envoyer en Europe. Ce qui est grave et inadmissible. L’Etat à travers son ministère public doit se lever pour prendre sa responsabilité parce que ces enfants sont exposés à la traite des personnes », a alerté l’avocat.

L’affaire a été renvoyée au 21 février pour la comparution de Laurence Rouyer.

Aliou Nasta

Articles Similaires

Forum d’Emergence Mag : la 2ème édition, c’est à partir de ce jeudi

LEDJELY.COM

Dissolution du gouvernement : quelle durée pour l’intérim ?

LEDJELY.COM

Procès de Pendessa : le verdict final attendu le 23 février

LEDJELY.COM

Loterie : Guinée Games fait son comeback pour le bonheur des parieurs

LEDJELY.COM

Football : le Milo FC battu par un ancien pensionnaire du club

LEDJELY.COM

Violences en RDC : où sont passées les promesses martiales de Tshisekedi ?

LEDJELY.COM
Chargement....