Ledjely.com
Accueil » Mandiana : des exciseuses et leurs complices condamnés à Kinieran
A la uneActualitésGuinéeJusticeSociété

Mandiana : des exciseuses et leurs complices condamnés à Kinieran

C’est un verdict symbole que vient de prononcer le juge de paix de Mandiana. Amené à trancher dans une affaire de mutilations génitales féminines pratiquées dans la commune rurale de Kiniéran, Oumar I Camara a condamné deux exciseuses et trois parents de famille impliqués dans l’excision de filles de moins de 10 ans. 

Ce sont au total cinq personnes dont trois femmes qui viennent d’être situées sur leur sort dans cette affaire qui a fait tant de bruit dans la cité du Wassolon. Elles devront payer des montants allant de trois à cinq millions de francs guinéens et cela selon leur niveau d’implication dans cette situation. Les faits pour lesquels étaient poursuivis Fanta Doumbouya et Tenin Doumbouya (exciseuses), d’une part, et Abdoulaye Sangaré, Saran Diakité et Nouhan Sangaré (parents), de l’autre, remontent à quelques mois plus tôt. A des degrés divers, ils sont tous impliqués dans l’excision de fillettes de moins de 10 ans.

Sur la foi de l’article 717 du code pénal et de l’article 775 du code de l’enfant, le juge Oumar I Camara, a déclaré les « prévenues Fanta Doumbouya et Tenin Doumbouya, coupables des faits de mutilations génitales féminines mis à leurs charges ». Et pour la répression, il les condamnés au « paiement d’un montant de 5 millions GNF chacune ». Quant à Abdoulaye Sangaré, Nouhan Sangaré et Saran Diakité, il les déclarés « coupables des faits de manquement à l’obligation de dénonciation aux autorités judiciaires et administratives de la mutilation génitale de leurs filles » et les a condamnés « au paiement d’une amende de 3 millions chacun ». Au-delà, exciseuses et parents d’enfants sont « condamnés à participer à trois jour d’émissions de sensibilisation à la radio rurale sur les inconvénients des mutilations génitales féminines en concert avec la direction préfectorale de l’action sociale de Mandiana ».

Présente à l’audience, la directrice préfectorale de l’Action sociale de la préfecture s’est réjouie de la sentence prononcée par le juge. « L’essentiel pour nous est que ces femmes prennent conscience des dangers de la pratique. Qu’elles ne répètent plus et qu’elles laissent les couteaux. Ce sont des vieilles qui ne peuvent pas supporter la prison », Ténin Koulibaly.

Le préfet de Mandiana, colonel Fodé Soumah en a profité pour inviter chacun à multiplier les sensibilisations pour mettre un terme à ces mutations génitales féminines.

Michel Yaradouno, Kankan pour ledjely.com 

Articles Similaires

Procès du 28 sept : le camp Dadis optimiste après la projection des vidéos

LEDJELY.COM

Ligue 1 Guicopres : la SAG et Académie Soar se neutralisent

LEDJELY.COM

Primature : Bah Oury prend fonction

LEDJELY.COM

Bah Oury Premier ministre : quelle suite ?

LEDJELY.COM

Pépé Francis Haba : « Bah Oury pourra aider, s’il a le soutien du CNRD et du gouvernement »

LEDJELY.COM

Kankan : les acteurs sociopolitiques réagissent à la nomination de Bah Oury

LEDJELY.COM
Chargement....