Ledjely.com
Accueil » Guinée : le gouvernement menace les médias
A la uneActualitésGuinéePolitique

Guinée : le gouvernement menace les médias

Doit-on redouter une atteinte systématisée contre la liberté de la presse de la part du CNRD et du gouvernement de Bernard Goumou ? A entendre la sortie du ministre porte-parole du gouvernement, à l’issue du conseil des ministres de ce jeudi 18 mai 2023, la réponse à cette question, est clairement affirmative. Dans un contexte où internet est fortement restreint depuis hier et les réseaux sociaux totalement inaccessibles, Ousmane Gaoual Diallo a menacé les médias qui, selon lui, inciterait à la haine, aux violences et à la division entre les communautés, serait fermé. En somme, dit-il, si les médias ne font pas preuve de responsabilité, en diffusant des « informations objectives », l’Etat n’hésitera pas un seul instant à les fermer. Et ce sera totalement assumé, martèle-t-il.   

« Tout média, qu’il soit une radio, une télévision, un site internet, qui avec des propos qui sont de nature à saper l’unité nationale, à attiser la haine communautaire, à soulever les uns contre les autres pour conduire à des drames dans notre pays, on n’hésitera pas à fermer le média et à en assumer toute la responsabilité. L’exercice du métier de la presse s’accompagne d’une responsabilité. Que les directeurs de radio soient informés, que les responsables de sites internet soient informés, nous sommes dans ce gouvernement de transition engagés à respecter la liberté de la presse et une presse responsable. Tous les propos qui sont de nature à pousser les ethnies les unes contre les autres, à attiser les tensions politiques et sociales dans le pays, tous les médias là subiront les conséquences de la loi. L’exercice de la liberté de la presse est encadré par des engagements et une déontologie à faire en sorte que les Guinéens soient informés objectivement mais pas à dresser les uns contre les autres, les communautés les unes contre les autres. Et nous en assumerons toutes les responsabilités. Que cela soit dit aussi », a assené le ministre.

Si un média contrevient aux dispositions relatives à l’unité nationale, « c’est de plein jour que nous prendrons des dispositions de le fermer », martèle sans sourciller le ministre porte-parole du gouvernement.

Un autre moyen de pression que le gouvernement pourrait activer, ce sont les redevances que les médias sont appelés à payer. « Nous sommes beaucoup indulgents par rapport à la plupart de ces médias qui, même si on regarde sur le plan de leurs engagements vis-à-vis de l’Etat, il y a moins de 2% de médias qui sont à jour. Mais l’État n’a pas pris des responsabilités coercitives pour fermer pour tous ces manquements-là », souligne subtilement Ousmane Gaoual Diallo. Mais, insiste-t-il : « nous serons intransigeants sur le respect de l’unité nationale, sur le respect de l’information objective. Donc si un média contrevient à ça, ce n’est pas des gendarmes qui viendront, nous assumerons la responsabilité de fermer ce média pour manquements à ses obligations envers les citoyens ».

Fodé Soumah

Articles Similaires

Kankan : un membre de la délégation spéciale jette l’éponge

LEDJELY.COM

Indépendance de la justice : ces révélations troublantes de Kairaba Kaba

LEDJELY.COM

Kissidougou : A peine installé, le président de la délégation spéciale décline ses priorités

LEDJELY.COM

Enseignement pré-universitaire : le ministre corrige le calendrier des examens

LEDJELY.COM

Justice : Yaya Kairaba Kaba prohibe les « décolletés, faux-cils et ongles »

LEDJELY.COM

ANAQ-Guinée : avis général de passation des marchés publics

LEDJELY.COM
Chargement....