Ledjely.com
Accueil » Affaire FODAC : Bill de Sam et les siens se défendent…
A la uneActualitésCultureGuinéePolitique

Affaire FODAC : Bill de Sam et les siens se défendent…

Face à la polémique qui ne cesse d’enfler dans la cité à propos de sa décision d’arrêter le financement des projets culturels par le Fonds de développement des arts et de la culture (FODAC), le ministre de la Culture se retrouve dans l’obligation de monter au front pour s’expliquer. C’est ainsi qu’hier lundi, le secrétaire général du département était devant la presse pour des précisions. En somme, François Bourouno indique qu’il n’est pas question de gel du financement des projets. Certes, les instructions ont été données pour que les financements s’arrêtent. Mais ce serait pour permettre de mettre des outils d’une bonne gestion des ressources.

A l’entame de son intervention. François Bourouno précise : « Nous n’avons pas arrêté le financement du FODAC parce que nous avons voulu arrêter ou parce qu’on est contre un individu ou on veut arrêter de financer les acteurs culturels. Non ! » Il assure dans la foulée qu’en guise de bonne foi, il a choisi de s’entourer des quelques membres du Conseil d’administration.

Alors qu’un collectif piloté par le très controversé Elie Kamano avait déjà fait une sortie au vitriol contre le ministre et que, nous apprend-on, un autre devrait le faire aujourd’hui même, le secrétaire général du ministère souligne que la nécessité de la mise en place des outils d’une bonne gouvernance du Fonds a été dictée par l’expérience. En effet, sur un montant de 10 milliards mis à disposition par le président de la Transition, il y a déjà eu des sorties par rapport auxquelles il y a quelques soucis. « Déjà 2 milliards pratiquement sont dépensés, Mais en réalité, nous n’avons pas suffisamment de visibilité sur l’utilisation de cela en termes de pertinence des projets financés », a révélé François Bourouno. Partant de cette expérience donc, le ministère a décidé de s’entourer de quelques précautions. « Nous nous sommes dit qu’au lieu que demain, vous-mêmes de la presse vous ne nous interpelliez sur les 10 milliards que le colonel a donnés, de mettre les mécanismes pour donner la chance à tous les acteurs. C’est ce travail qui est en train d’être finalisé. Une fois que ces outils seront en place, nous allons aussi officiellement lancer le processus de financement du FODAC ».

Par ailleurs, il propose que les artistes des ambitions plus grandes par rapport à ce mécanisme de financement. Il souhaite qu’ils voient plus grand. « Il ne faut pas que le FODAC se limite à l’argent. Il faut que le FODAC travaille aussi dans la formation et l’accompagnement des acteurs. Mais aussi, il faut qu’au-delà de ce que l’Etat donne, le FODAC aille chercher des financements ailleurs. Ça veut dire qu’il y a la nécessité de mettre au sein du FODAC un mécanisme, une vraie ingénierie pour développer lui-même des projets bancables. Il faut donc aller capter des financements à mettre à la disposition des acteurs culturels ».

Cette explication suffira-t-elle à calmer la fronde en gestation. Attendons de voir.

Fodé Soumah

Articles Similaires

Km36 : une dame touchée par une balle perdue

LEDJELY.COM

Norassoba : elle poignarde mortellement son fiancé

LEDJELY.COM

CNT : les membres outillés sur les techniques de l’évaluation des politiques publiques

LEDJELY.COM

France : MHD écope de 12 ans de réclusion criminelle

LEDJELY.COM

Kankan : un bâtiment et son contenu consumés dans le quartier Missiran

LEDJELY.COM

Takana Zion : « Le président Doumbouya nous a honorés à l’étranger »

LEDJELY.COM
Chargement....