Ledjely.com
Accueil » Youssouf Boundou débouté dans son bras de fer avec le journaliste Habib Marouane
A la uneActualitésGuinéeJusticeMédias

Youssouf Boundou débouté dans son bras de fer avec le journaliste Habib Marouane

C’est une première victoire pour le journaliste Habib Marouane Camara dans le dossier qui l’oppose à Youssouf Boundou Sylla, secrétaire général du ministère de l’Enseignement technique et de la Formation professionnelle et de l’Emploi. Rappelons que ce dernier poursuit l’administrateur du site lerevelateur224 pour diffamation et injures.

Après le dernier renvoi pour des exceptions de nullité soulevées, le délibéré dans le dossier opposant le journaliste Habib Marouane Camara à Youssouf Boundou Sylla est enfin tombé hier 13 juillet. Le tribunal de première instance de Dixinn a, dans sa décision, débouté l’ancien journaliste du site d’informations Guineenews pour « nullité de la citation qui n’observe pas le délai requis ».

Et bien sûr, le verdict n’est pas du goût du collectif des avocats de la partie civile. C’est pourquoi il compte faire appel. « On va faire appel de la décision, parce que nous estimons que le juge est en train de confondre. Nous, nous ne sommes pas dans la liberté de la presse. Donc, pas dans le cas de délit de presse. Nous avons porté plainte contre M. Marouane Camara, en tant que citoyen ordinaire qui a fait des publications sur sa page Facebook. Nous précisons que ce n’est pas en sa qualité de journaliste. Alors, si le juge estime que la citation délivrée par le parquet n’a pas observé le délai, nous, nous allons faire appel et aller s’expliquer devant la Cour d’Appel », déclare l’avocat de Boundou Sylla, Me Roland Désiré Bangoura.

Contrairement aux avocats de la partie civile, ceux de la défense se réjouissent tout naturellement. Selon Me Thierno Souleymane Barry, représentant du collectif des avocats de la défense, « le juge a prononcé le bon droit en annulant purement et simplement la citation, puisqu’elle n’observe en aucun cas le délai requis ». Et à la déclaration de la partie adverse en rapport avec la loi sur la liberté de la presse, il répond : « Notre client Marouane est poursuivi ici pour des faits supposés commis par voie de presse, en l’occurrence, c’est la loi L02 qui devait s’appliquer. Le juge avait donc mis l’affaire en délibéré et comme il se doit, il a prononcé le bon droit en annulant purement et simplement la citation parce que n’observant pas le délai requis. C’est pour nous un motif de satisfaction et nous continuons à insister sur le fait que les délits par voie de presse en Guinée, doivent être poursuivis sous l’angle de la loi L02 sur la liberté de la presse ».

Fodé Soumah

Articles Similaires

Marc Yombouno ironise : « On refuse Alpha Condé, on félicite Paul Kagamé »

LEDJELY.COM

De l’eau potable à l’école primaire de Gbackédou

LEDJELY.COM

Evaluation des partis politiques : Dr. Faya Millimono proteste

LEDJELY.COM

Dubaï : comment des africains ont été dupés par une « sulfureuse » société immobilière, dénommée The First Group…

LEDJELY.COM

Environnement : EDG et ses partenaires se mobilisent pour la réhabilitation des têtes de sources de quatre barrages hydroélectriques à Kindia

LEDJELY.COM

Guinée : le ver est-il dans le fruit ?

LEDJELY.COM
Chargement....