Ledjely.com
Accueil » Kissidougou : Yap-Guinée et Plan International s’unissent contre les violences faites aux femmes et filles
Actualités

Kissidougou : Yap-Guinée et Plan International s’unissent contre les violences faites aux femmes et filles

En séjour dans la préfecture de Kissidougou, à l’occasion des 16 jours d’activisme contre les violences faites aux femmes et aux filles, les membres de Youth Advisory Panel (Yap-Guinée) y ont mené une série d’activités. Il était question de séances de sensibilisation dans les écoles et la remise de vivres aux femmes victimes de VBG. Au lycée Soundiata Kéita par exemple, les élèves (garçons et filles) ont droit à une séance de sensibilisation sur les violences de toutes sortes qu’on fait endurer à la couche féminine.

Devant ses camarades, la présidente de Yap-Guinée a saisi l’occasion pour inviter les jeunes filles et les femmes à dénoncer les abus dont elles sont victimes. « Chères mères et chères camarades, vous qui avez accepté d’être ici avec nous, sachez que nous sommes fières de vous. A travers vous, nous parvenons aujourd’hui à véhiculer un autre message fort. Celui de faire savoir à nos mères qui sont dans les familles qui se font battre nuit et jour et qui décident de garder le silence, qu’en se réfugiant dans ce silence, elles ne se rendent pas compte qu’elles aggravent la situation. Et que grâce à elles, le taux des VBG augmente. Vous êtes le baromètre de la société. Donc, si vous vous taisez, notre risque de se faire battre augmente », a lancé Kadiata Diallo aux femmes de Kissidougou.

En tant que partenaire financier et institution de défense des droits des filles et des femmes, la représentante de Plan International Guinée à cette cérémonie, a déploré le fait que les femmes soient victimes de VBG en Guinée. « Les violences basées sur le genre sont un phénomène qui ne cesse d’accroître dans notre pays. Tous les jours, on entend viol, violences sexuelles, on entend que des femmes sont battues. Donc, ce sont ces 26 jours qui vont nous permettre de dire stop aux violences à l’égard des femmes et filles. Nous ne sommes pas là seulement pour donner des vivres aux femmes mais plutôt pour les encourager pour leur bravoure et interpeller les autorités afin de continuer à protéger ces femmes », a dit en substance Cécile Leno.

Prenant part à la cérémonie de remise de vivres aux femmes victimes de VBG, la Directrice préfectorale de la Promotion féminine, de l’Enfance et des Personnes vulnérables, a salué le courage de ces femmes qui ont osé dénoncer. « Nous sommes là aujourd’hui pour vous remercier et vous encourager. Et pourquoi ce remerciement ? Parce que vous avez eu l’audace et le courage de venir nous exposer les abus que vous subissez dans vos foyers. Vous êtes des milliers de femmes et filles qui vivent les mêmes réalités que vous. Mais elles n’ont pas le courage de dénoncer. Il faut qu’on accepte de dénoncer. Les autorités et les ONG partenaires qui défendent nos droits sont là pour nous. N’ayez pas peur, venez dénoncer c’est seulement par ça qu’on pourra mettre un terme aux maltraitances dont nous sommes victimes. Je remercie Yap-Guinée et Plan International Guinée pour leur implication dans cette lutte », a souligné Mama Youla.

Dans un témoignage glaçant, une de ces victimes de VBG bénéficiaires des vivres offerts, a rendu compte des maltraitances qu’elle a endurées dans son foyer et qui, d’ailleurs, ont conduit à son divorce d’avec son ex-époux. « J’étais mariée à un homme avec qui j’ai eu 6 enfants dont 5 sont vivants.  Mais il m’a de tout temps torturé, chaque fois c’était des bastonnades pour moi. Je n’avais pas la paix du cœur. Il m’a même menacée de me tuer avec un couteau. Il a gâté ma machine à coudre.  En fin de compte, il m’a abandonnée avec ses enfants. Et quand je suis venue porter plainte, il n’y a eu aucune suite favorable. Il me doit, mais refuse de payer mon argent. Aujourd’hui j’ai peur de me promener juste pour ne pas le croiser sur mon chemin et qu’il ne me fasse du mal. Je souffre et je veux une réparation. Je demande aux autorités et aux ONG de le venir en aide », implore-t-elle sous le sceau de l’anonymat.

Lui aussi prenant part à la cérémonie de remise, le premier vice-maire, lui, a axé son intervention sur un éveil de conscience. Eugène Fatamba Tinguiano a exhorté les hommes à arrêter les violences à l’égard des femmes. « Quand on parle de violences faites aux femmes, généralement ces violences ne viennent que des hommes. C’est très rare qu’une femme soit violentée par une autre femme. Aussi, des cérémonies comme celle-ci doivent nous interpeller et nous dire halte aux violences faites aux femmes. Il y a assez de possibilités pour se faire comprendre, se faire accepter par une femme. La violence ne sert qu’à détruire. Je voulais donc profiter de cette opportunité pour inviter tous les hommes à éviter désormais d’user de la violence vis-à-vis de la femme », a-t-il recommendé.

La cérémonie a pris fin par la remise des sacs de riz, de sucre, de boîtes de tomates, des cubes maggi et de l’huile d’arachide aux femmes victimes de VBG.

Niouma Lazare Kamano, correspondant régional pour ledjely.com

Articles Similaires

Dissolution du gouvernement : « On a toujours dénoncé l’incompétence de ces ministres »

LEDJELY.COM

Condamnation de Pendessa : le SPPG invite la presse à se joindre à la grève du mouvement syndical

LEDJELY.COM

Attention, c’est une arnaque qui se cache derrière cette publication !

LEDJELY.COM

Kankan : le coordinateur régional de la MAOG tance Alphonse Charles Wright

LEDJELY.COM

FEEM 2024 : les organisateurs sacrent 15 acteurs de l’économie guinéenne

LEDJELY.COM

L’UNICEF déplore le décès d’un enfant lors d’un rassemblement public à Conakry

LEDJELY.COM
Chargement....