Ledjely.com
Accueil » Liberté de la presse : Sékou Jamal Pendessa devant le juge d’instruction
A la uneActualités

Liberté de la presse : Sékou Jamal Pendessa devant le juge d’instruction

Les menaces du mouvement syndical n’y changent pas grand-chose. Sékou Jamal Pendessa, notre confrère, par ailleurs secrétaire général du SPPG, n’est pas encore libre. Ce lundi, il était une nouvelle fois devant le doyen des juges d’instruction du TPI, pour être entendu sur les infractions qui lui sont reprochées. Mais à l’issue de plusieurs heures d’audition, la demande de liberté provisoire formulée par les avocats est demeurée sans réponse. Son avocat se contentant d’assurer que « tout s’est bien passé ».

Une nouvelle fois, les médias étaient mobilisés devant le Tribunal de première instance de Dixinn au sortir de Sékou Jamal Pendessa et de ses avocats. Ne pouvant violer le secret de l’instruction, son avocat, Me Gabriel Kamano a indiqué que le secrétaire du SPPG, arrêté le 19 janvier avant d’être placé sous mandat de dépôt trois jours plus tard, « a été assisté par ses deux avocats plus moi qui suis le troisième et qui a été constitué par le conseil de l’ordre des avocats pour l’accompagner dans son combat ». Aux journalistes réunis devant le tribunal, il a déclaré en outre : « Votre collègue a un moral fort.  La prison n’a pas affecté son courage et son combat puisqu’il est convaincu de la justesse de la légalité du combat qu’il est en train de mener. Un combat dans lequel tout le peuple de Guinée se reconnaît et c’est pourquoi d’ailleurs le conseil de l’ordre des avocats a décidé de commettre des avocats pour les défendre aux côtés de ses avocats traditionnels »

Par rapport aux accusations portées à l’encontre de Sékou Jamal Pendessa, l’avocat estime qu’il ne peut mériter qu’un non-lieu, dans la mesure où les infractions ne sont pas fondées, à ses yeux. « Notre souhait est d’obtenir un non-lieu, parce que nous-mêmes estimons que les infractions qui sont poursuivies ne sont nullement fondées.  (…) Quelqu’un ne peut pas à la fois être auteur et complice d’une infraction. Ou vous êtes auteur ou vous êtes complice mais pas les deux à la fois. Cela qui est quasiment impossible. Le dossier au niveau de l’inscription au fond est terminé aujourd’hui. Nous espérons que dans les meilleurs délais, le dossier va être communiqué au parquet pour son réquisitoire définitif », a formulé Me Kamano.

En attendant l’éventuel non-lieu, quel sort sera réservé à notre confrère ? Sera-t-il libéré de manière provisoire ou pas ? « Nous avons présenté une demande de mise en liberté et même tout de suite. Nous avons posé la question au juge audiencier pour savoir quel est le sort qui est réservé à cette demande et il nous a été promis que dans la journée, nous aurons une notification de son ordonnance mais pour le moment nous ne pouvons prédire qu’elle serait le contenu de cette ordonnance », a répondu l’avocat.

Aliou Maci Diallo pour LeDjely.com

Articles Similaires

Nanfo Ismaël Diaby : « Si tu ne pries pas dans ta propre langue, c’est que tu n’as pas prié »

LEDJELY.COM

Dissolution du gouvernement : « On a toujours dénoncé l’incompétence de ces ministres »

LEDJELY.COM

Condamnation de Pendessa : le SPPG invite la presse à se joindre à la grève du mouvement syndical

LEDJELY.COM

Attention, c’est une arnaque qui se cache derrière cette publication !

LEDJELY.COM

Kankan : le coordinateur régional de la MAOG tance Alphonse Charles Wright

LEDJELY.COM

FEEM 2024 : les organisateurs sacrent 15 acteurs de l’économie guinéenne

LEDJELY.COM
Chargement....