Ledjely.com
Accueil » Sénégal : Macky et Wade, une complicité sur le dos de la démocratie
A la uneActualitésAfrique

Sénégal : Macky et Wade, une complicité sur le dos de la démocratie

Qui l’aurait cru ? Qui aurait imaginé un seul instant que le Sénégal, cet ilot de stabilité tant vanté ici et ailleurs, tomberait aussi bas ? Qui se serait risqué à parier que l’exception sénégalaise se fracasserait aussi brutalement ? Surtout, qui aurait pu deviner que cette déchéance serait le fait des deux anciens opposants que sont Abdoulaye Wade et Macky Sall ? Le premier, symbole de l’alternance ; et le second, la confirmation de ce qu’on assimilait décidément trop naïvement, à la maturité du modèle démocratique du pays de la Téranga. Des années d’un progrès que l’on croyait irréversible ruinées en l’espace de seulement quatre-huit heures. Comment un être humain, fût-il président de la république, peut-il se risquer à assumer une responsabilité aussi lourde ? Quelles ambitions à la dimension humaine peuvent-elles conduire à un tel aveuglement ? Ceux qui ont dit que le pouvoir a quelque chose de diabolique n’ont finalement pas tort !

Incroyables scènes que celles dont le siège du parlement sénégalais a été le théâtre jusque tard hier soir. Enfermés dans leur logique de conservation du pouvoir par le biais d’une complicité de crime contre la démocratie, le président Macky Sall et son prédécesseur, Abdoulaye Wade, n’en ont eu cure de leur réputation, de leur honneur et de leurs places dans l’histoire. Têtes baissées, ils ont ordonné à leurs ouailles au parlement de foncer sans se préoccuper de ce que les Sénégalais et le monde entier pensent. Volontiers autistes et impénétrables à toute raison, ils n’ont eu aucune gêne à vider les députés de l’opposition de l’Assemblée nationale. Puis, restés seuls, les parlementaires favorables à la loi sur le report de la présidentielle, faisant abstraction du bruit alentour, adoptent la loi en question. Plutôt sûrs de leur coup, ils n’hésitent pas à donner quasiment une année supplémentaire à Macky Sall. Cela, c’est du braquage d’un autre genre. Et le Sénégal, tel qu’il a jusqu’ici été perçu, ne survivrait sans doute pas à une forfaiture aussi flagrante.

L’histoire retiendra que ce recul sans précédent, Macky Sall et Abdoulaye Wade en sont donc les architectes. Au sens de l’histoire, ils ont préféré leurs personnes et leurs intérêts aussi insignifiants que fugaces. Parce qu’il faut bien le rappeler, les premières menaces qui ont ébranlé le modèle démocratique sénégalais, venaient d’Abdoulaye Wade. Si en 2000, en arrivant au pouvoir, il avait incarné la vitalité démocratique de son pays, son obsession à léguer le fauteuil à son enfant, en 2012, a fait émerger les premiers doutes quant à la capacité du système à tenir face à certains chocs. Et à l’époque, c’est Macky Sall dont les Sénégalais s’étaient servis pour faire barrage au rêve dynastique des Wade. Douze ans après, le même Macky Sall, refusant obstinément de s’instruire de l’histoire, veut faire pire. L’ironie étant qu’il est appuyé en cela par le même Wade. Les deux sont portés à nier à leurs compatriotes leur droit à choisir leurs dirigeants. Ils veulent leur imposer celui ou celle qu’ils auront eux-mêmes choisi. Quelle insulte !

Sans le savoir, ils font peser à leur pays de sérieuses menaces. Au point que désormais, on ne peut écarter aucune hypothèse. Toutes les options sont sur la table. Les deux complices ayant tout désacralisé. Mais il n’y a pas que le Sénégal qui en sort menacé et fragilisé. Dans un contexte sous-régional des plus volatiles, la CEDEAO elle-même, risque de ne pas survivre à une crise d’envergure au Sénégal. Mais au-delà, ce sont les rares adeptes du modèle démocratique sur le continent qui risquent d’être plus inaudibles encore. Parce qu’il est vrai que, quand on agit de la sorte dans un pays prétendument démocratique, cela devient difficilement défendable.

Boubacar Sanso Barry

Articles Similaires

Nanfo Ismaël Diaby : « Si tu ne pries pas dans ta propre langue, c’est que tu n’as pas prié »

LEDJELY.COM

Dissolution du gouvernement : « On a toujours dénoncé l’incompétence de ces ministres »

LEDJELY.COM

Condamnation de Pendessa : le SPPG invite la presse à se joindre à la grève du mouvement syndical

LEDJELY.COM

Attention, c’est une arnaque qui se cache derrière cette publication !

LEDJELY.COM

Kankan : le coordinateur régional de la MAOG tance Alphonse Charles Wright

LEDJELY.COM

FEEM 2024 : les organisateurs sacrent 15 acteurs de l’économie guinéenne

LEDJELY.COM
Chargement....