Ledjely.com
Accueil » Bah Oury Premier ministre : quelle suite ?
A la uneActualités

Bah Oury Premier ministre : quelle suite ?

Une semaine après la dissolution du gouvernement de Bernard Goumou, le président de la transition a procédé, mardi 27 février, à la nomination du nouveau premier ministre. Le troisième en moins de trois ans de transition. Et l’heureux bénéficiaire est Amadou Oury Bah, plus connu sous le nom de Bah Oury. Comment comprendre le choix de ce politique expérimenté pour une transition qui patine ?

Le profil du PM, un atout dont il ne faut pas abuser

Réputé politicien aguerri, fin orateur, Bah Oury crée l’unanimité sur ces pans de son profil. Le milieu politique, il l’a pratiqué, le maîtrise. Pour une transition militaire, on pourrait dire qu’il n’y a rien d’étonnant dans ce choix. Mais avec le CNRD, la logique de la gestion est (était ?) de faire du social d’abord, de l’économique et enfin du politique. Et le choix des deux précédents PM traduisait cette volonté. Mohamed Béavogui et Bernard Goumou avaient des profils de technocrate pour le premier et de self made man pour le second. L’inexpérience politique et de l’administration publique qu’ils avaient en commun étaient leurs talons d’Achille.

Bah Oury a des entrées, connaît les rouages, les ficelles à tirer, les codes du milieu politique. Il a aussi l’avantage d’avoir été ministre, donc maîtrise le fonctionnement de l’administration. Il est connu pour son indépendance d’esprit, sa non inféodation à un diktat.

Fera-t-il preuve de hauteur de vue pour essayer de ramener la transition à l’essentiel ? Est-ce une volonté du CNRD de vouloir recentrer la transition sur sa vocation première, à savoir organiser des élections pour normaliser le fonctionnement institutionnel du pays ?

Quoique, Bah Oury l’homme sans « compromissions » s’est révélé depuis près de cinq (5 ans) champion en errements et retournements de positions. Sa ligne de conduite était devenue illisible pour les habitués de ses postures et prises de position. Son divorce avec son parti UFDG reste dans les mémoires. Ses changements fréquents de coalitions politiques, ces derniers temps, sont aussi une dimension de sa perte d’identité politique.

Sa mission sera ardue. Pour sa réussite, il lui faudra :

Un gouvernement opérationnel

Doivent finir les nominations de récompenses, ou du moins à la tête des ministères clés, importants. Il faudra constituer un gouvernement resserré et centré sur la sortie heureuse de la transition. Pour cela, le PM doit convaincre Doumbouya et le CNRD de cette nécessité. Parce que l’essentiel du pouvoir est détenu par le palais Mohamed V.

Les précédents gouvernements, versions Béavogui et Goumou étaient des mauvais castings, à plusieurs niveaux. Les secteurs stratégiques fonctionnaient mal ou pas. Convaincre le président et ses féaux de cette nécessité sera une première manche gagnée par le nouveau PM. En Guinée, il est connu de tous que la courtisanerie est plus récompensée que le mérité, les chefs adorent les « zélés ».

Avec le nouveau PM, bien que nanti de peu de pouvoirs (le poste est raillé comme étant celui du premier des ministres), il sera utile de disposer d’un gouvernement « opérationnel » avec des Hommes d’une certaine expérience dans la gestion de l’administration. Savoir jouer avec la finesse et faire preuve de caractère, le difficile équilibre à trouver pour Bah Oury.

La dissolution du gouvernement Goumou, une première en Guinée, était un signal que le CNRD se sentait dans l’obligation d’envoyer à l’opinion. Tant les ministres qui l’animaient brillaient par leur arrogance doublée d’une médiocrité, pour la plupart. Des civils incompétents susurraient certaines pontes du CNRD dit-on.

Enfin, le PM doit s’assurer de disposer d’une certaine autorité sur les membres du gouvernement, l’opinion s’attend à de la discipline dans la conduite des affaires, le PM en coordonnateur impose à chaque ministre le tempo dicté par le président Doumbouya.

Vers un nouveau chronogramme ?

Tout semble l’indiquer, tant aucune action allant dans le sens du retour à l’ordre constitutionnel n’est posée. Il faut le dire, sur ce plan, le CNRD ne fait pas dans le semblant. Le chronogramme âprement négocié avec la CEDEAO est obsolète, il ne peut tenir. A l’interne, toutes les voix d’opposition ont été étouffées. Aucun dialogue n’a eu lieu avec les forces sociales et politiques représentatives.

Le dialogue sera-t-il la priorité du nouveau PM ? Calmer le front social qui gronde, est gage d’une primature dans trop d’accrocs. Surtout que les politiques en embuscade n’ont pas plié.

A rebours d’une certaine doxa aussi, il faut admettre (c’est une la Palice même), qu’une transition est avant tout politique. Elle interrompt le fonctionnement d’institutions pour doter le pays de nouvelles, plus adaptées. Il faudra avec cette phase, traduire cela en actes. Discuter avec les acteurs politiques et sociaux, trouver un chronogramme réaliste et réalisable et aller à l’essentiel : le retour à l’ordre constitutionnel. Gagner du temps ne doit pas être le crédo de fonctionnement, parce que justement, le CNRD n’en a pas suffisamment désormais.

Des engagements avaient été pris, le président de la transition l’a même réitéré à plusieurs occasions « je ne ferais pas un jour de plus au pouvoir » se référant au chronogramme adopté.

Il faut faire vite et bien. La grogne monte dans les quartiers. Les populations commencent à se lasser. La communauté internationale s’impatiente, la ferveur des premiers mois, avec des chantiers lancés, est révolue. La dure réalité de l’exercice du pouvoir a rattrapé le CNRD. L’excuse de l’argument sécuritaire ne peut tenir pour la Guinée comme au Mali ou au Burkina Faso.

Au risque de créer une chienlit qui ne sera profitable à personne et surtout pas au CNRD.

Mamadou Saliou Sow

Antaal, cabinet Etudes et Conseils

 

Articles Similaires

Paradoxe CNRD : Un an de plus pour soi, zéro jour de plus pour les conseils communaux

LEDJELY.COM

Kankan : les bandits s’en prennent à un nouveau kiosque de transfert d’argent

LEDJELY.COM

Administration du territoire : Kissidougou accueille son 5ème préfet sous le CNRD

LEDJELY.COM

La Zakat : quel en est le bondement, à combien de kilos équivaut-elle et à qui la donner ?

LEDJELY.COM

Primature : les enseignants contractuels reçus par Bah Oury

LEDJELY.COM

Kourémalé : infertile, elle tente de voler un bébé et se fait arrêter

LEDJELY.COM
Chargement....