Ledjely.com
Accueil » KANKAN : et si la crise n’était pas terminée ?
A la une Actualités Haute-Guinée Politique

KANKAN : et si la crise n’était pas terminée ?

Béki Love

A Kankan, le mouvement des jeunes pour l’électrification de la Haute Guinée qui a réussi à drainé ce mardi 30 juin des centaines de jeunes dans les rues de Nabaya, ne décolère toujours pas. Il demeure prêt à faire descendre les mêmes jeunes à nouveau dans la rue si de la  négociation qui a déjà commencé avec les autorités locales, il n’obtient pas une satisfaction à sa revendication. C’est ce qu’a confié au correspondant de ledjely.com basé dans la région, le porte-parole du mouvement au cours d’un entretien qu’il lui a accordé dans l’après-midi de ce mercredi 1er juillet.  

Tout le monde en a parlé, les citoyens de la commune urbaine Kankan étaient ce mardi dans les rues de la ville pour réclamer le courant dans les foyers. Au lendemain de cette mobilisation de taille, le porte-parole reprécise fermement l’objectif poursuivi. « Une seule priorité, l’électrification de la Haute Guinée et c’est tout », tranche dans le vif, Bakary Condé.

Quant au bilan de la mobilisation de la veille, le jeune artiste du groupe Puissance mandingue en est plutôt satisfait. « Nous sommes globalement satisfaits, nous ne sommes pas contre un régime, ni contre quelqu’un. Mais c’est une réclamation légitime et nous ne négocierons pas là-dessus. On ne connaît pas exactement le nombre de blessés qu’il y a eus hier, car c’était une manifestation de colère et les gens sont sortis de tous les quartiers et nous nous sommes rendus chez plusieurs d’entre eux ce matin. Leurs états de santé ne sont pas trop critique et les blessés sont pris en charge par leurs familles, aucune autorité n’a daigné se bouger mais cela n’affecte pas le mouvement », assure le porte-parole.

Quelle suite pour le mouvement ?

Même s’il se veut prudent, notre interlocuteur n’exclue pas une autre manifestation, si cela s’avérait nécessaire. « Nous devons nous concerter, mais ce qui est sûr c’est que si nous n’avons pas gain de cause, nous reprendrons la rue », insiste celui qui est aussi connu sous le sobriquet de Beki Love.

De fait, selon des informations recueillies par notre correspondant auprès notamment d’un certain nombre de jeunes ayant pris part à la manifestation de ce mardi, les négociations qui ont commencé entre les autorités et des représentants du mouvement, ont déjà permis aux deux parties de s’accorder sur quatre points précis :

  • La suspension de la manifestation,
  • L’accélération des travaux de mise en marche des groupes électrogènes par EDG afin de donner le courant à la ville,
  • La libération des détenus
  • La rédaction d’un mémo par les manifestants

Mais indépendamment de ces points, un jeune nous a confié hors micro : « si d’ici la semaine prochaine, on n’obtient rien de concret, on va reprendre les hostilités ».

Mais pour l’heure, le calme et la retenue sont revenus dans la cité de Cheick Fantamady Chérif. Sur place, depuis ce matin, les citoyens vaquent à leurs occupations quotidiennes.

Depuis kankan, Michel Yaradouno pour le djely.com 

Articles Similaires

#NABAYAGATE : le Parquet de Conakry ouvre une enquête judiciaire

LEDJELY.COM

PRÉSUMÉS DETOURNEMENTS DE PLUS DE 200 MILLIARDS : la jeunesse du RPG/Arc-en-ciel se désolidarise du gouvernement de Kassory Fofana

LEDJELY.COM

COVID-19 : les planteurs d’anacarde ressentent l’impact de la pandémie sur leur activité

LEDJELY.COM

TENTATIVE D’ARNAQUE : il simule la mort de son fils dans un accident pour tenter d’empocher près de 4 millions de francs guinéens

LEDJELY.COM

PRESUMÉ DÉTOURNEMENT : « Il est impératif que la justice ouvre une enquête sérieuse », exige la PCUD

LEDJELY.COM

ETHIOPIE : des centaines de morts lors d’un massacre au Tigré

LEDJELY.COM
Chargement....