Ledjely.com
Home » CONCOURS SOCIAL ENTREPRENEURSHIP : début de la première phase des auditions
A la une Actualités Economie Entrepreneuriat

CONCOURS SOCIAL ENTREPRENEURSHIP : début de la première phase des auditions

Ouverture ce lundi 13 juillet 2020 de la première session de l’audition des candidats au concours “Social Entrepreneurship Program” volet compétition. Pour cette première journée, 4 dossiers ont été auditionnés. Cette initiative est pilotée par le Salon des entrepreneurs de Guinée (SADEN).

Destiné  aux entrepreneurs guinéens, cette compétition virtuelle vise à valoriser le rôle des entreprises dans le développement de solutions innovantes à fort impact économique, technologique et social immédiat  afin de venir en aide aux population de Guinée face aux difficultés liées à la pandémie du COVID-19 et de soutenir l’emploi.

Les projets présentés devront proposer une solution dans l’une des catégories suivantes : agrobusiness, santé, éducation, technologie, culture et tourisme, logistique et transport.  Sur les 263 dossiers de candidature présélections,  seulement 53 ont été retenus dans les 6 catégories.

Selon Himideen Touré, vice-président du SADEN, l’objectif est d’appuyer les candidats retenus, les lauréats dans les six catégories, les appuyer pour la réalisation de leurs projets et la création de richesse ; tout ce qui peut concerner les impacts sociaux et économiques de ces projets dans l’écosystème entrepreneuriat. “Dans chaque catégorie, nous prévoyons de retenir deux lauréats. Ce qui fait un total de 12 projets qui seront primés jusqu’à hauteur de 10 000 dollars américains”, a-t-il expliqué.

Dans sa communication,  Guy Laurent Fondjo, co-président des jurys  a apprécié la qualité des projets, l’engagement des jeunes entrepreneurs guinéens  pour lutter contre la pauvreté  et  se prendre en main de façon générale. “Le jury dans lequel nous passons aujourd’hui  a pour objectif de sélectionner et d’évaluer l’ensemble des projets qui ont été soumis par des jeunes guinéens. Et ce qu’on remarque, c’est beaucoup de créativité et surtout beaucoup d’intérêt pour le secteur agricole. C’est dire que les jeunes guinéens aujourd’hui comprennent qu’ils n’ont pas à attendre d’être salariés, mais ils peuvent créer la richesse”, a-t-il fait remarquer.

Pour les lauréats, leur participation à ce concours n’est pas fortuite. C’est le cas de Sékou Chérif  Diallo du projet Mojede, catégorie agrobusiness, qui a pour vocation essentielle la production, la transformation et la vente de produits agricoles. “Le projet s’articule autour de la culture céréalienne  sur 10 hectare dans le district de Dantari, sous-préfecture de Kalan à Labé, auquel s’ajoute 7 hectares de culture maraîchère à savoir : la culture de la tomate et de l’aubergine noire et blanche. C’est un concours à saluer déjà. Vraiment  ça donne beaucoup d’espoir et ça donne assez de compétence et de relations.  Nous avons eu assez de compétences soit tant dans la réalisation des projets qu’à la participation. Ce sont ces genres de projets fédérateurs qu’il faudrait encourager dans le pays pour pousser les jeunes à aller vers le secteur primaire qui n’est rien d’autre que l’agriculture, l’élevage, la pêche…”, a estimé le porteur du projet Mojede.

Fatoumata Cissoko, gérante de l’entreprise Fatou et Kadija, spécialisé dans le séchage des fruits à Kindia, a expliqué que son projet porte sur le séchage et la conservation de l’ananas “parce que la pandémie du coronavirus a vraiment affecté les producteurs d’ananas de la zone de Kindia. Et aujourd’hui, ils enregistrent des pertes qui sont très importantes dues à toutes les mesures qu’ils ont mise en place, la limitation des dépenses, l’augmentation des charges de transport… Ça fait beaucoup de pertes qu’on peut récupérer. Et heureusement pour eux, j’ai une plateforme à  Kindia qui fait du séchage de fruits , mais j’ai besoin que ce projet  m’aide à acheter les invendus des producteurs  parce qu’ils ne veulent pas me le  donner gratuitement, acheter leurs invendus et la transformer à travers ma plateforme de séchage. Le projet va vraiment avoir un impact sur les producteurs d’ananas, pouvoir permettre un cycle aussi qui va se renouveler parce que les bénéfices générés de ce projet, je vais le réinvestir dans l’achat de leurs invendues. Alors, je suis très optimiste que mon projet puisse  passer…”, assure-t-elle.

Balla Yombouno

Articles Similaires

A N’ZÉRÉKORÉ : la présidente de la CEPI satisfaite des opérations de correction de la liste électorale

LEDJELY.COM

GUINEE : l’ambassadeur de France convoqué par le ministre des Affaires étrangères

LEDJELY.COM

CONAKRY : la Tabaski marquée par le retour des rassemblements

LEDJELY.COM

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepte Lire la suite

Privacy & Cookies Policy
eget facilisis Lorem consectetur Phasellus Aenean luctus massa nunc ut