Ledjely.com
Accueil » FAIT-DIVERS : elle met en péril son couple à cause de son copain
A la une Actualités Faits-divers Societé

FAIT-DIVERS : elle met en péril son couple à cause de son copain

Les apparences peuvent être trompeuses. L’histoire au cœur de ce fait divers est en soi une parfaite illustration de cette affirmation. Il y a quelques semaines en effet, à Sonfonia Gare, dans les bandes de 21 heures, Aminata, la trentaine, arrive en sanglots à son domicile. En l’entendant crier de loin, son mari qui était dans leur chambre conjugale accourt à la porte de la cour. Devant lui, son épouse est méconnaissable. Les cheveux défaits, le pagne mal noué et les pieds couverts de boue, elle se jette dans les bras de son mari, et les deux rejoignent l’intérieur. Egalement alerté par les cris d’Aminata, le voisinage vient aux nouvelles. Très vite, la cour est donc remplie de curieux. Entre temps, couchée à-même le sol de la terrasse, la femme explique, la voix entrecoupée par les sanglots, qu’elle a été agressée. ‘’X Man’’, un jeune très connu du quartier, aurait profité d’un lieu sombre de son trajet pour l’attaquer et tenter de la violer. Celui-ci aurait réussi à la tirer jusqu’au premier étage de l’immeuble où il habite et lui aurait même arraché son pagne. Elle en veut pour preuve les griffures qu’il aurait laissées sur ses cuisses. Mais qu’en définitive, elle aurait in extremis réussi à se sauver. En entendant le récit de son épouse, Alhassane, le mari, est hors de lui. Il veut tout de suite aller porter plainte au commissariat. Mais on lui dit que c’est tard et lui conseille d’attendre le lendemain. Ce à quoi il se plie, bien malgré lui. Et donc, le lendemain, il est un des premiers à se présenter au commissariat pour déposer la plainte, avec l’espoir qu’au bout, l’agresseur de son épouse recevra une correction exemplaire. Alors qu’en réalité, c’est lui qui allait au-devant de de l’implosion de son couple.

« Mimi est ma copine »

La plainte une fois enregistrée, une convocation est décernée contre le mis en cause. Les responsables du quartier sont chargés de la diligenter. La chasse à ‘’X Man’’ est aussitôt lancée. Et c’est au cours de cette traque qu’une autre version commence à émerger. En effet, quand le responsable du quartier rencontre le jeune pour lui déposer la convocation, celui-ci a le réflexe de demander ce qui pouvait justifier qu’il soit convoqué au commissariat. On lui explique brièvement la situation. Tout de suite, il fait part de son étonnement. « Vous n’y êtes pas du tout. Je n’ai pas agressé Mimi. Elle est plutôt ma copine », explique-t-il au responsable du quartier. A ce dernier, il dit même que le problème serait arrivé parce que lui veut rompre avec Aminata, mais que cette dernière ne veut pas entendre parler de rupture entre eux. Son interlocuteur de demander s’il a les preuves de ce qu’il dit. Il lui indique alors un kiosque connu du quartier où, selon lui, Aminata et lui avaient l’habitude de se rencontrer. « Vous pouvez y aller à mon insu et demander à n’importe qui dans ce kiosque. Ils vous diront ce qui me lie à Aminata », suggère-t-il, dans la foulée. Ce que ce dernier fait un jour plus tard. Et effectivement, le gérant du kiosque confirme : « Non, Mimi ne peut pas jouer cette comédie. Ils sont régulièrement ensemble ici. Tout le monde sait ici qu’elle sort avec le petit ».

Aucune griffure

Ceci dit, ‘’X Man’’ répond à la convocation en se rendant au commissariat. Il y arrive notamment avec sa sœur. Quant à Aminata, elle s’y rend en compagnie d’Alhassane, son mari. Les représentants du bureau du quartier sont également au rendez-vous.

La parole est d’abord donnée à la présumée victime pour livrer sa version. Elle relate sa supposée mésaventure. Vu qu’elle avait insisté sur les griffures laissées sur ses cuisses, un des représentants du bureau du quartier propose qu’une policière se rende avec elle dans une des salles du commissariat afin d’authentifier ces marques. Le commissaire acquiesce. La vérification révèle qu’elle n’a aucune marque de l’agression sur ses cuisses. Par contre, sur sa joue, elle a un bleu qu’elle impute à une gifle qui lui aurait été administrée par son agresseur.

Alhassane pris de migraine

Au retour de la salle de vérification, la parole est donnée à X Man. Celui-ci commence par sortir son téléphone. A l’assistance, il fait voir 15 appels entrants partis du téléphone d’Aminata. Appels datant du jour de la supposée agression. Le dernier étant entré à 21h05 précises. Aucun doute. Les appels sont bien entrants et le numéro qui les a émis est effectivement celui de la dame. « Ce jour-là, c’est elle qui m’a appelé. Elle m’a dit qu’elle voulait qu’on se rende ensemble où je loge, dans un immeuble inachevé », dit-il à l’appui des éléments qu’il venait de brandir. « Nous sommes allés ensemble sans aucune contrainte », rajoute-t-il. Dans la foulée, il avoue qu’il sort avec la dame. « Lorsque je l’ai draguée, elle m’a dit que son époux est décédé ». En entendant ça, le mari est saisi d’une subite migraine. Il se tient la tête. « Je m’excuse d’avoir à le dire ici, mais il lui est même arrivé de tomber enceinte de moi. A l’époque, elle allaitait son dernier garçon. Elle m’avait alors demandé 100.000 GNF qu’elle devait ajouter à un montant qu’elle avait pour aller avorter », explique ensuite X Man. Cette fois, c’en est trop pour les oreilles d’Alhassane. Cédant à un réflexe, le mari sort du commissariat en courant. Mais le commissaire ordonne qu’on aille le chercher pour le ramener. Lancé comme un fusée, le jeune poursuit ses explications : « Vous pouvez demander à ses enfants (Aminata est mère de trois enfants dont le premier à 13 ans, ndlr). Ce sont eux qu’elle envoie me demander de l’argent quand elle en a besoin. Ce sont également eux qu’elle envoie me demander de la retrouver à la maison quand son mari n’y est pas ».

Au sujet de l’agression alléguée par Aminata, le jeune livre une toute autre version : « Notre différend vient du fait que j’ai voulu rompre. En fait, j’ai réalisé que son mari est un aîné que je connais et que je respecte. Je ne voulais pas qu’il apprenne que je sors avec son épouse. Mais elle ne veut pas de la rupture. Le jour de l’incident, je lui ai redit de me laisser tranquille. Elle m’a dit que seule la mort nous séparerait. Nous nous sommes un peu disputé autour de cette question. Elle a subitement pris mon sexe. C’est en réaction à cela que je l’ai giflée. Cela, je reconnais l’avoir giflée. Quand je l’ai giflée, elle est même tombée. Et c’est en se relevant qu’elle a laissé tomber son pagne et a commencé à crier… ».

Dénouement

Bref, c’est le mari d’Aminata qui a trouvé qu’il en avait assez entendu et qu’il fallait arrêter la séance. Remerciant le commissaire, il a demandé à rentrer chez lui. Au sujet de sa femme, il a demandé que cette dernière rentre immédiatement chez ses parents et qu’il n’est plus question qu’elle le retrouve à son domicile. Lui parti, le commissaire exige de X Man qu’il conduise Aminata à l’hôpital pour une consultation à la suite de la gifle qui a laissé des traces. Celui-ci s’exécute et fait acheter ensuite les produits recommandés par les médecins. Quant à Alhassane, les membres du bureau sont ensuite passés le voir pour le persuader de laisser revenir sa femme à la maison. Pour cela, ils ont dû le convaincre que X Man n’avait fait que raconter des salades. « Vous savez, ces jeunes sont tous des drogués. Ce n’est pas pour rien qu’on les appelle ‘’Thug’’. Vous ne pouvez quand même pas imaginer que votre épouse ait pu sortir avec ce type qui a des allures de fou », lui a en substance dit le chef de la délégation qui est allée le rencontrer. En fin de compte, nous rapporte-t-on, il aurait fini par se convaincre que son épouse n’est jamais sortie avec X Man. Conséquence, Aminata est encore dans le foyer qu’elle a failli perdre de justesse.

Propos recueillis et mis en forme par Mariama Ciré Diallo

Articles Similaires

BLOC LIBÉRAL : Faya Millimono face à une fronde interne !

LEDJELY.COM

Finalement, Emmanuel Macron félicite Alpha Condé pour sa réélection

LEDJELY.COM

Grâce à la Fondation Colgate International, des savons ont été distribués aux personnes vulnérables

LEDJELY.COM

Boké, une ville qui étouffe sous la poussière !

LEDJELY.COM

FONIKE MENGUE : un Collectif d’ONG demande la libération immédiate de l’activiste

LEDJELY.COM

ÉTHIOPIE : la situation incertaine et précaire à Mekele laisse toujours planer l’inquiétude

LEDJELY.COM
Chargement....