Ledjely.com

Accueil » AFROBASKET : « Les joueurs ont reçu leurs primes », dixit Oumar Sampil Camara
A la une Actualités Afrique Guinée Interview Sport & Culture Sports

AFROBASKET : « Les joueurs ont reçu leurs primes », dixit Oumar Sampil Camara

Les prestations plus qu’élogieuses de l’équipe guinéenne de basket ont fini par avoir raison des autorités guinéennes. En réussissant à se hisser au stade des ¼ de finale, en battant notamment l’équipe du pays organisateur, le Syli basket oblige le gouvernement guinéen à verser les primes des joueurs qui, rappelons-le, avaient failli ne pas prendre part à la compétition. Aussi, profitant de la dynamique positive qui s’est créée dans la foulée, les responsables de la Fédération guinéenne de basket (FGBB) posent leurs doléances. Ainsi, dans un entretien qu’il a accordé à la rédaction du Djely, Oumar Sampil Camara, le secrétaire général de ladite fédération sollicite notamment un palais des sports. Lisez plutôt

Les basketteurs guinéens ont reçu leurs primes. A quoi doit-on ce dénouement ?

Le ministère des Sports a délégué le comptable pour remettre en mains propres les primes aux joueurs au Rwanda. Donc les joueurs ont reçu leurs primes de compétition et de regroupement. Comme il est marqué sur l’arrêté interministériel, la prime de regroupement est de 3000 dollars et elle comprend à la fois la prime de regroupement et les matchs de poules pour les joueurs et le staff technique.

Je pense qu’on le doit tout simplement au système de la République de Guinée qui fait que des ressources sont débloquées à travers la demande du ministère de Sports et ça arrive aux mains des sportifs. Certes, ils ne se sont pas déplacé directement avec l’argent, mais l’argent est arrivé aux mains des joueurs juste après le 3ème match de poule.

Et qu’est-ce que cette situation particulière vous inspire-t-elle ?

Je suis très content parce que pour la première fois en République de Guinée, les autres disciplines ont droit à des primes. Cela ne s’est jamais fait dans l’histoire du sport guinéen, avoir un document qui régit les primes pour les autres disciplines, à l’exception du football. Bravo aux basketteurs qui ont montré qu’il était possible d’être récompensé à travers son effort. C’est un signe qu’on envoie que quand on travaille, on mouille le maillot, on peut être récompensé donc c’est la valeur de travail qui est mise en avant. Aujourd’hui, pour nous permettre d’aller plus loin, il nous faut un super outil de travail qui n’est autre que le palais des sports et c’est un peu notre souhait aujourd’hui, montrer qu’en Guinée, on joue au basket. Pour cela, l’objectif, c’est de construire un palais des sports pour être plus performant.

Quels sont vos projets pour le basketball guinéen ?

Il y a dix ans, on avait mis en place un projet pour le développement du basketball en République de Guinée. J’étais encore étudiant et l’objectif était justement d’exister sur la scène internationale pour avoir accès à des partenaires et ensuite se développer sur le plan local. Parce que si vous n’avez pas de victoire, on ne vous regarde pas, vous n’êtes pas séduisant et il n’y a pas d’investisseurs. Donc l’objectif, c’est vraiment d’exister sur la scène internationale pour attirer des investisseurs sur le basket guinéen et pour permettre ensuite la construction d’infrastructures. C’est un peu notre cheminement et notre objectif. Aujourd’hui, avec cette victoire et cette qualification, on espère avoir attiré l’œil des autorités et même des sociétés privées qui souhaitent investir dans le sport et notamment dans l’un des premiers outils qui permette le développement du sport, c’est-à-dire les infrastructures.

Hier, le Syli basket a gagné face au Rwanda. Quel sentiment avez-vous ressenti à la suite de cette victoire ?

Je suis très content de la victoire d’hier. C’est l’aboutissement d’un travail qui se fait depuis plus de dix ans. Ils jouent ensemble depuis huit ans dans beaucoup de tournois (formels ou informels) dans le monde entier. C’est la maturité d’un groupe qui a été constitué il y a huit à dix ans pour certains. Pour moi, c’est une réussite totale pour ces joueurs qui sont arrivés à maturité. Comme on dit, il faut à peu près dix ans pour bâtir une équipe compétitive et c’est ce qui s’est passé avec cette équipe.

Je suis aussi très fier pour le peuple de Guinée, très fier pour cette génération et pour tous les jeunes d’ailleurs qui aujourd’hui peuvent rêver de voir grand, c’est-à-dire rêver de jouer en équipe nationale et atteindre de gros objectifs.

Propos recueillis par Elisabeth Zézé Guilavogui

Articles Similaires

StarTimes diffuse en exclusivité la série indienne « La Veuve blanche »

LEDJELY.COM

Un corps sans vie découvert à Dixinn-Landréah

LEDJELY.COM

ENTA : deux trains entrent en collision, un mort et plusieurs blessés

LEDJELY.COM

Arrestation de Tibou Kamara : le CNRD brise le silence

Ledjely.com

CEDEAO : quand la Guinée fait les frais de la « peur » des coups d’Etat

LEDJELY.COM

Et si Alpha Condé n’était pas encore hors-jeu ?

LEDJELY.COM
Chargement....