Ledjely.com
Accueil » TRANSITION : quelles sont les attentes des personnes atteintes d’albinisme ?
A la une Actualités Guinée Interview Politique Société

TRANSITION : quelles sont les attentes des personnes atteintes d’albinisme ?

Avec le gel relatif des activités de l’administration, consécutif au coup d’Etat du 5 septembre 2021, beaucoup d’initiatives sont ralenties. C’est le cas de la campagne de vulgarisation de la loi relative aux personnes atteintes d’albinisme. La campagne était pilotée par l’Union pour le bien-être des personnes atteintes d’albinisme en Guinée (UBEAG).  Ceci étant, l’Union pense que la transition qui s’ouvre au pays peut être une formidable opportunité pour promouvoir les albinos, mais au-delà les couches vulnérables dans les instances de prise de décision. C’est du moins ce que nous dit Kabinet Camara, le président de l’UBEAG, dans cet entretien qu’il a accordé à la rédaction du Djely.

Où en êtes-vous avec la vulgarisation de la loi sur les personnes atteintes d’albinisme ?

Nous étions en pourparlers avec certaines institutions pour nous permettre de vulgariser cette loi. Parce que des activités étaient programmées avant l’étape que nous sommes en train de traverser actuellement. La vulgarisation avait déjà commencé au niveau de nos instances, de nos différentes organisations et antennes régionales pour que chacun puisse vraiment être imprégné de la loi, pour qu’à l’interne même, tout le monde puisse comprendre ce qui est réellement dans la loi, avant qu’on ne passe à la phase de la campagne de vulgarisation générale.

Et maintenant, que comptez-vous faire ?

Nous sommes en pause vu le contexte sociopolitique et économique de la Guinée. On attend que la transition, à travers ses différents organes, soit véritablement mise en place, pour que nous puissions continuer le processus de vulgarisation.

Justement, vous parlez de la transition. En ce moment même, se déroulent les concertations nationales pour notamment définir les contours de cette transition. Quelles sont vos attentes vis-à-vis des nouvelles autorités ?

Nous sommes en train d’observer, parce que nous avons été invité pour prendre part à la consultation nationale pour discuter de tout ce qui doit se passer au cours de cette transition…

Et quelles doléances avez-vous formulées à l’occasion ?

Ce que nous pouvons demander au CNRD, c’est de mener une transition apaisée dans laquelle toutes les couches sans exception sont impliquées. Nous leur demandons aussi de permettre l’émergence d’une nouvelle génération politique et de la société civile, de bannir tout ce qui relève de l’ethnie, du régionalisme ou du tribalisme, de sévir contre la corruption et les malversations dans la gestion du pays ; de mettre une nouvelle dynamique en place pour que la jeunesse et les couches vulnérables puissent bénéficier des privilèges dans ce pays…

Je voudrais cependant insister sur l’émergence d’une nouvelle génération politique. Une nouvelle génération en politique, mais aussi dans la société civile, parce qu’il ne faut pas que ce soit comme la constitution de 2010. La constitution de 2010 a été taillée de sorte que les mêmes personnes se sont retrouvées à la tête des institutions et ça n’a pas bien marché. Je pense que le CNRD doit faire très attention. Il ne faut pas que ce soit ces même vieilles personnes qui viennent encore prendre les destinées de ce pays et pour nous faire tourner encore en rond.

Votre mot de la fin ?

Cette transition doit être vraiment inclusive. Il ne faudra pas mettre de côté les personnes vulnérables. Qu’il s’agisse des personnes atteintes d’albinisme ou des personnes handicapées, comme l’a suggéré ma collègue Massoud Barry, il faudrait que ces couches soient impliquées dans la gestion de cette transition pour qu’à l’issue de cette période exceptionnelle, ces couches soient suffisamment représentées dans la gestion des instances de décision.

Propos recueillis par Elisabeth Zézé Guilavogui

Articles Similaires

TRANSITION : le CPP poursuit son agenda comme si de rien n’était

LEDJELY.COM

DECRET : plusieurs cadres limogés pour des faits présumés de corruption

LEDJELY.COM

AFRIQUE DE L’OUEST : à qui le tour ?

LEDJELY.COM

COMPOSITION DU CNT : « Le RPG se retrouve avec 3 ou 4 représentants », s’insurge Bogola Haba

LEDJELY.COM

A Kankan, un candidat recalé dénonce des magouilles dans la composition du CNT

LEDJELY.COM

URGENT : l’armée annonce avoir pris le pouvoir (déclaration)

LEDJELY.COM
Chargement....