Ledjely.com
Accueil » ALIOU BAH : « Il était même difficile de parler du nom d’Alpha Condé sans aller en prison »
A la une Actualités Afrique Guinée Monde Politique

ALIOU BAH : « Il était même difficile de parler du nom d’Alpha Condé sans aller en prison »

Si d’aucuns dénoncent le schéma du sommet Afrique-France de Montpellier du 8 octobre dernier, le président du MODEL pense plutôt que les dirigeants africains devraient s’en inspirer. Ayant manifestement été séduit par cette forme d’échange « sans filtre » entre Emmanuel Macron et les jeunes leaders du continent, Aliou Bah invite les homologues africains du président français a exploré la même approche en vue d’écouter un peu la jeunesse du continent. Il l’a dit ce mardi soir à l’occasion de son retour d’une tournée qu’il vient d’effectuer en Europe, à la suite de sa participation au sommet avec Macron.

Alors que son arrivée était annoncée vers 17 heures, c’est finalement aux environs de 22 heures que le vol de Aliou Bah a atterri à l’aéroport international de Conakry Gbessia.  Et les formalités à peine remplies, il a commencé à expliquer : « Les idées que nous avons défendues sont pour l’intérêt de l’Afrique et de la jeunesse guinéenne. Et pour l’avenir de la relation entre la France et l’Afrique ». Parce qu’il reconnait qu’aujourd’hui, les « relations sont devenues difficiles et c’est pourquoi le président Macron a estimé important de discuter avec d’autres acteurs pour voir dans quelle mesure on va passer à la refondation des fondamentaux ».

Sur le format même du sommet de Montpellier, le président du MODEL estime que c’était une véritable opportunité qu’il ne fallait pas manquer « Nous sommes une génération complètement décomplexée. Nous connaissons notre histoire et nous ne nous sentons pas lié par des slogans colonialistes ou néocolonialistes. Nous, nous sommes des pragmatiques.  Nous posons des actes. Nous avons des responsabilités vis-à-vis de ceux qui croient et espèrent en nous. Et c’est pourquoi il était important qu’on réponde positivement », explique-t-il.

Aliou Bah aura particulièrement apprécié le schéma qui a été celui de mettre en débat le président Emmanuel Macron et les jeunes leaders africains. D’autant que, dit-il, c’était sans filtre. D’ailleurs, il n’est pas loin d’inviter les dirigeants africains à s’en inspirer. « Il n’y a aucun chef d’État africain qui s’est prêté à ce type d’exercice avec sa propre jeunesse. Dans notre pays il était même difficile de parler du nom de l’ancien président sans aller en prison », souligne-t-il en effet.

Aliou Nasterlin

Articles Similaires

DIALOGUE INCLUSIF : Dr Makalé Traoré annonce son retrait des activités politiques

LEDJELY.COM

PROCES DU 28 SEPTEMBRE : le ton monte entre le ministère public et les avocats de la défense

LEDJELY.COM

Le centre de santé de Senkéfara accède à l’eau potable

LEDJELY.COM

PROCES DU 28 SEPTEMBRE : la détention de capitaine Dadis au cœur de la 2ème journée

LEDJELY.COM

EDUCATION : la rentrée universitaire fixée au 2 novembre

LEDJELY.COM

KANKAN : deux présumés malfrats présentés à la presse

LEDJELY.COM
Chargement....