Ledjely.com
Accueil » Suite à la polémique sur les licences publicitaires pour les réseaux sociaux, Mandian Sidibé apporte des précisions…
ActualitésFinancesGuinéeMédiasTIC

Suite à la polémique sur les licences publicitaires pour les réseaux sociaux, Mandian Sidibé apporte des précisions…

La publication d’un arrêté conjoint du ministère de la Communication et de l’information et celui des Finances, la semaine dernière, annonçant le paiement des redevances pour les pages publicitaires sur Facebook à l’État avait suscité beaucoup d’indignations sur les réseaux sociaux. Un sujet « banal » que les gens ont rendu compliqué sur Facebook, selon Mandian Sidibé, directeur général de l’Office guinéen de publicité (OGP), qui, ce mardi 19 avril 2022, a apporté des précisions sur cette affaire, lors de son passage chez nos confrères de FIM.

Revenant sur ce sujet qui a défrayé la chronique, Mandian Sidibé a expliqué que cet arrêté conjoint « qui doit être signé dans chaque deux ans » par les deux ministères, a pour objectif de fixer les tarifs des supports publicitaires en Guinée afin de permettre surtout à l’OGP d’exercer et de pouvoir facturer ses clients.

Cependant, selon le directeur général de l’OGP qui se considère d’ailleurs comme « un simple directeur exécutant » dans cette affaire, depuis que l’arrêté de 2019 a expiré le 31 décembre 2021, 15 jours avant sa nomination, « aucun centime n’a été encaissé sur les redevances des exercices de 2022 parce qu’on n’avait pas cet arrêté ».

Selon lui, c’est seulement les personnes morales (entreprise ou une société) utilisant une page publicitaire Facebook, Twitter et YouTube qui doivent se procurer d’une licence au prix d’un million par an. « On n’a jamais dit qu’une personne physique ayant une page Facebook, WhatsApp, Instagram ou Imo, va nous payer un million par mois ou par an. C’est loin de là ! Il s’agit du prix de la licence qui ne s’adresse qu’aux personnes morales, c’est-à-dire tout simplement une entreprise ou une société », a-t-il souligné.

En outre, il a fait remarquer que des particuliers créent des pages publicitaires Facebook dans le but d’arnaquer les citoyens. Pour éviter donc ces anomalies, Mandian Sidibé invite les propriétaires de pages publicitaires à s’enregistrer auprès de son service pour, dit-il, éviter que les consommateurs soient inondés de produits inappropriés à la consommation. « Il faudrait que nous veillons à tout cela, histoire d’exiger le respect de l’éthique et de la déontologie de l’exercice de la publicité en Guinée. Donc dès lors que quelqu’un crée une page sur Facebook ou sur WhatsApp pour faire de la publicité, il faudrait qu’il soit enregistré chez nous. De ce point de vue, il a le devoir de s’approprier d’une licence et c’est du prix de cette licence qu’il s’agit », a expliqué l’ancien journaliste, ajoutant tout de même « qu’il n’y a pas de dividendes entre un réseau social et l’OGP ; la dividende, c’est entre l’État et nous ».

Aliou Nasterlin

Articles Similaires

TPI de Kaloum : la partie civile regrette le report de l’audience dans le procès avec l’ancien ministre Ahmed Kanté

LEDJELY.COM

L’UNICEF soutient le Gouvernement guinéen pour la signature du plan d’adhésion de la Guinée à l’Initiative pour l’Indépendance Vaccinale

LEDJELY.COM

CNT : Dr. Dansa Kourouma interpelle Bah Oury sur quelques défis de l’heure

LEDJELY.COM

Opinion : la durée des processus de transitions militaires en Afrique

LEDJELY.COM

Hadj 2024 : les pèlerins guinéens ont commencé à rallier les Lieux saints

LEDJELY.COM

Recrutement à la Fonction publique : le ministre Bourouno a lancé les épreuves à Labé

LEDJELY.COM
Chargement....