Ledjely.com
Accueil » THIERNO MAMADOU DIALLO : que nous apprend l’autopsie ?
ActualitésGuinéeJusticePolitiqueSociété

THIERNO MAMADOU DIALLO : que nous apprend l’autopsie ?

Hier lundi 6 mai 2022, le procureur général près la cour d’appel de Conakry a, au cours d’un point de presse, a livré les résultats de l’autopsie faite sur le corps du jeune Thierno Mamadou Diallo, tué lors des manifestations à Hamdallaye le mercredi dernier. Charles en a également profité pour donner des instructions allant dans le sens de la poursuite des enquêtes.

Sur la foi du témoignage du prestataire de l’espace cyber devant lequel les faits se sont produits le mercredi dernier, le procureur indique que Thierno Mamadou Diallo serait venu sur les lieux pour transférer des vidéos de séries dans un ordinateur de marque HP. Le témoin aurait aussi évoqué des « tirs provenant d’agents qui seraient membres d’une unité de la Brigade anticriminalité (BAC) en présence d’agents de police qui patrouillaient dans la zone suite à la manifestation spontanée due à l’augmentation du prix du carburant par le gouvernement ». C’est donc dans ces circonstances que Thierno Mamadou Diallo, élève en classe de 10ème année, qui se trouvait « le 1er juin aux environs de 21 heures, dans une pièce multiservices servant de salon de coiffure et de cyber au quartier Hamdallaye Prince, dans la commune de Ratoma a été tué par traumatisme d’origine balistique tirée dans une position génuflexion probable », a indiqué le procureur général. Poursuivant, Alphonse Charles Wright indique que l’autopsie médico-légale du corps de Thierno Mamadou Diallo a révélé un « traumatisme balistique vasculo cervical avec un tir unique selon une trajectoire quasi horizontale d’avant en arrière avec un orifice d’entrée à l’hémiface gauche et un orifice de sortie dans la région verticale postérieure du cou C3 et C4 ». Quant aux effets qui en ont résulté, le procureur note :

  • Une fracture de la mandibule gauche ;
  • Une fracture des vertèbres cervicales c3-c4 avec section médullaire.

Après avoir annoncé l’identification des témoins dont la protection est garantie, le procureur général dit requérir par l’entremise du procureur de la République près le tribunal de première instance de Dixinn, du directeur général de la police nationale et du directeur régional de la police de Conakry, « la communication sans délai de l’ordre opérationnel des unités d’intervention notamment les unités de la Brigade anticriminalité qui patrouillaient dans la zone au moment des faits, sous peine de poursuites judiciaires pour refus illégal d’un service légalement dû et entrave à l’action de la justice ». 

Par voie de réquisition, Charles Wright a aussi instruit le dépôt par le ministère de la Sécurité, de la liste de tous les agents de l’unité d’intervention concernée, dans un délai de trois jours à compter de ce lundi 6 juin, avant d’ajouter que des poursuites judiciaires seront engagées conformément à la loi, contre toute personne soupçonnée de faire toute récupération politique d’une enquête judiciaire. « Le parquet général communiquera le 24 juin 2022 sur l’évolution de l’enquête dans la limite du secret de ladite enquête », a-t-il conclu.

Aliou Nasterlin

Articles Similaires

Tidiane Conté de l’UFR : « La Transition ne commencera jamais sans nous »

LEDJELY.COM

Guinée : les opposants au CNRD face à l’insurmontable défi de la mobilisation (Edito-Mognouma)

LEDJELY.COM

Nanfo Ismaël Diaby : « C’est honteux qu’on nous attaque à cause de notre conviction »

LEDJELY.COM

Conseil d’administration de la Maison de la Presse: le REMIGUI, un nouvel entrant au servie de la presse nationale…

LEDJELY.COM

L’UFDG appelle le colonel Doumbouya à se méfier de Bogola Haba

LEDJELY.COM

TRANSITION : le RPG s’en remet aux 24 mois

LEDJELY.COM
Chargement....