Ledjely.com
Accueil » Mory Condé assure ne pas vouloir « taire toutes les voix discordantes »
ActualitésGuinéePolitique

Mory Condé assure ne pas vouloir « taire toutes les voix discordantes »

Il n’était déjà pas reconnu aux yeux de la loi. Mais curieusement, le FNDC a été dissout le samedi 6 août via un arrêté du ministre de l’Administration du territoire et de la Décentralisation, rendu public deux jours plus tard. Ce parce qu’aux yeux de Mory Condé, le mouvement s’est toujours « illustré par la voie de violence sur les personnes, la dégradation et la destruction des biens publics et privés, des actes d’incitation à la haine ou à la discrimination contre les personnes en raison de leur origine ou leur idéologie ».

Sauf que la décision plutôt controversée est perçue par un certain nombre d’acteurs sociopolitiques comme participant de la volonté des autorités de la Transition de faire taire toutes les voix contestataires et d’annihiler tout contre-pouvoir susceptible de se dresser devant le CNRD du colonel Mamadi Doumbouya.

Eh bien, ces accusations, le ministre de l’Administration du territoire de la Décentration dont la signature se trouve au bas de l’arrêté de dissolution du FNDC les rejette catégoriquement. Intervenant chez nos confrères de TV5, Mory Condé assure qu’il n’est nullement question de sévir contre les contre-pouvoirs. « Ceux qui connaissent les valeurs que je défends comprendront que je ne suis pas du tout animé par une volonté de taire toutes les voix discordantes », se défend-il. Pour autant, il assume entièrement la décision qu’il a prise. « Je suis dans l’obligation, en tant que ministre de l’Administration du territoire et de la Décentralisation, lorsque n’importe quelle organisation dont les activités menacent la paix et la stabilité publique, de procéder à la dissolution pure et simple », confie à nos confrères.

Pour rappel, le Front national pour la défense de la constitution, qui semble avoir choisi d’ignorer la décision des autorités, invite ses militants à une manifestation pacifique et citoyenne le 17 août prochain sur toute l’étendue du territoire national pour exiger l’ouverture du dialogue et le retour rapide à l’ordre constitutionnel.

N’Famoussa Siby

Articles Similaires

Coyah : Plan International Guinée organise un atelier sur comment communiquer avec les enfants et adolescents sur le genre, la santé et les droits sexuels et reproductifs

LEDJELY.COM

Coopération : Bassirou Diomaye Faye attendu à Conakry, 15 ans après la dernière visite d’un président sénégalais

LEDJELY.COM

CRIEF : Yaya Kairaba Kaba suspend trois magistrats

LEDJELY.COM

Hadj 2024 : le premier convoi part de Conakry le 25 mai

LEDJELY.COM

Retrait des agréments des médias : « Je suis choqué et déçu, mais pas surpris »

LEDJELY.COM

Autonomisation des femmes : Le CAEF de Kaloum inauguré après sa rénovation

LEDJELY.COM
Chargement....