Ledjely.com
Accueil » ‘’Stop VBG’’ : le Club des jeunes filles leaders et la Feguibasket unissent leurs efforts
Actualités

‘’Stop VBG’’ : le Club des jeunes filles leaders et la Feguibasket unissent leurs efforts

Dans le cadre de la célébration des 16 jours d’activisme, le Club des jeunes filles leaders de Guinée s’associe à la Fédération guinéenne de basket-ball pour organiser un tournoi dénommé ‘’Stop VBG’’. L’annonce a été faite ce mardi 28 novembre 2023 lors d’une conférence de presse. L’initiative vise à faire du sport un vecteur de sensibilisation des différentes couches sociales sur les Mutilations génitales féminines. L’action bénéficie du soutien des ambassades de France et d’Allemagne à Conakry.

La campagne des ‘’16 jours d’activisme’’ et été lancée par des activistes lors de l’inauguration de l’Institut international pour le leadership des femmes en 1991. Elle offre aux personnes et aux organisations du monde entier une stratégie de mobilisation appelant à la prévention et à la sensibilisation de l’opinion publique sur la nécessité de l’élimination de la violence à l’égard des femmes et des filles.

« TOUS UNIS ! Investir pour prévenir la violence à l’égard des femmes et des filles », est le thème retenu cette année. En privilégiant cette approche de travailler avec la Fédération guinéenne de basket-ball, le Club des jeunes filles leaders de Guinée compte mettre le sport au profit de la sensibilisation des jeunes. « C’est l’occasion pour nous, d’informer, de sensibiliser et de conscientiser la population sur les questions des violences faites aux filles et aux femmes, c’est cela l’objectif de cette activité », a indiqué Oumou Hawa Diallo, du Club des jeunes filles leaders de Guinée.

Poursuivant, elle fait remarquer aussi que la journée sportive sera mise à profit pour informer les jeunes sur les voies de recours dans la lutte contre les violences faites aux filles et aux femmes, surtout sur la procédure de dénonciation. « Quand on parle de violences faites aux filles, il y a toute une procédure de dénonciation qui entre en jeu. Notamment, les organisations de la société civile dont le club, les services de protection, l’OPROGEM, la médecine légale, le ministère de la Justice à travers les juges d’instruction. Donc notre objectif est de faire savoir aux gens qu’il y a cette chaîne de protection qui est là pour les aider », dit-elle.

Cet événement sportif qui se déroulera ce mercredi 29 novembre 2023 au stade du 28 septembre de Conakry connaîtra la participation de 4 équipes féminines. « Le plus important est de parler des jeunes filles et surtout de la lutte contre les VBG. Tout ce qui est genre est sensible. Le basket est le premier sport chez les dames et la Guinée a été en quart de finale en coupe d’Afrique des nations chez les dames. Ça veut dire qu’on s’en occupe. Le sport éloigne la société de beaucoup de fléaux. Nous sommes heureux de participer et d’aider ces jeunes filles à s’émanciper, à faire passer ces messages. Les femmes sont vulnérables, nous sommes obligés de les accompagner. C’est pourquoi, nous allons mettre tous nos moyens pour que cette fête soit belle et réponde aux attentes », a indiqué Sakoba Keita.

 Par ailleurs, le président de la Fédération guinéenne de Basket-ball salue la démarche du Club et s’engage à capitaliser cette initiative en faveur de la prochaine édition.

Les partenaires techniques et financiers notamment les ambassades de France et d’Allemagne, respectivement représentées par Sébastien Vittet, conseiller de coopération d’action culturelle et Frank Lutje, chargé d’affaires, ont tous salué la démarche et invité à l’intensification des campagnes pour l’éradication des violences basées sur le genre.

Les pratiques traditionnelles néfastes comme les MGF/E, les mariages précoces sont très répandues dans le pays. En Guinée, c’est presque 1 fille sur 2 (46% EDS-2018), soit 654 858 filles qui sont mariées avant 18 ans chaque année. Par ailleurs, la prévalence de l’excision bien qu’ayant légèrement baisé entre 2012 et 2018 de 97 à 95 % chez les femmes de 15 – 49 ans et de 45 à 39 % chez les filles de moins de 15 ans il importe de noter que 390 376 filles de moins de 15 ans sont encore victimes des MGF chaque année. D’où la nécessité d’accentuer les engagements pour l’éradication de ce fléau dans la société guinéenne.

N’Famoussa Siby

Articles Similaires

Dissolution du gouvernement : « On a toujours dénoncé l’incompétence de ces ministres »

LEDJELY.COM

Condamnation de Pendessa : le SPPG invite la presse à se joindre à la grève du mouvement syndical

LEDJELY.COM

Attention, c’est une arnaque qui se cache derrière cette publication !

LEDJELY.COM

Kankan : le coordinateur régional de la MAOG tance Alphonse Charles Wright

LEDJELY.COM

FEEM 2024 : les organisateurs sacrent 15 acteurs de l’économie guinéenne

LEDJELY.COM

L’UNICEF déplore le décès d’un enfant lors d’un rassemblement public à Conakry

LEDJELY.COM
Chargement....