Ledjely.com
Accueil » Conakry : la galère des détenteurs d’engins devant les stations-services
A la uneActualités

Conakry : la galère des détenteurs d’engins devant les stations-services

Si le service de l’essence a été dernièrement de nouveau autorisé par le gouvernement, pour les détenteurs d’engins, ce n’est pas encore le retour à la normale. En raison de la pénurie accumulée, ce sont en effet de longues files que l’on continue à remarquer devant les principales stations d’essence notamment à Conakry.

Pour faire le constat, un journaliste de notre rédaction a fait un tour dans quelques stations à Sangoyah dans la commune de Matoto. L’occasion pour lui de recueillir les plaintes des citoyens.

« Comme vous le constatez, nous sommes là dans un pétrin qui ne dit pas son nom. Depuis hier, je fais le tour de quatre stations-service pour avoir ne serait-ce que les 25 litres accordés par les autorités, hélas. Je suis venu par exemple à Entag la station se trouvant après la CMIS. Durant plus de 2 heures, j’étais dans le rang. Mais au bout, ils nous ont dit que le stock est épuisé. Ensuite, j’ai pris la direction de Tombolia. Là, c’est un autre type de rationnement que les gens se livrent. Au lieu des 25 litres pour les véhicules, tu ne peux avoir que 10 litres pour les voitures et 3 litres au lieu de 5 pour les motos et les tricycles. C’est ainsi que j’ai eu 10 litres. La nuit, je suis allé vers d’autres stations, mais rien. Et là, depuis 9 heures, je suis dans cette file et comme vous pouvez l’attestez, nous sommes maintenant au-delà de midi », a confié un propriétaire de voiture.

Mohamed Sylla, lui, est un taxi-motard. Il fait face à la même crise. « Depuis hier, je n’ai rien trouvé.  Partout où je passe, c’est soit on me dit que c’est fini, soit au bout d’une longue attente dans les rangs, ce sont les pompistes qui nous laissent là pour s’en aller », a-t-il relaté.

Au-delà de la crise elle-même, Mohamed dénonce la méchanceté de la part de certains pompistes. Il donne l’exemple de Sonfonia où, selon lui, à la suite d’une dispute des plus ordinaires entre un pompiste et un conducteur de moto, les responsables de la station ont ordonné que la station soit fermée. Si pour lui, les autorités se sont acquittées de leur devoir en autorisant le service, il a suggéré néanmoins : « Entre nous citoyens, que les gens arrêtent de faire valoir la fierté autour de cette crise, qu’ils nous servent le produit et qu’ils arrêtent la méchanceté ».

Mais en réalité, même pour ces pompistes, la situation n’est pas évidente. « Nous faisons comme on peut, mais c’est vraiment compliqué. Imaginez ce que ça coûte de servir tout ce monde !  Si vous ajoutez au temps que nous passons débout, les risques d’insécurité et l’impatience des gens, ce n’est pas aisé », a assuré

Il faut rappeler que les pompistes sont assistés par les agents de service de sécurité composés des éléments de la gendarmerie et de la police.

Aliou Maci Diallo pour leDjely.com

Articles Similaires

Nanfo Ismaël Diaby : « Si tu ne pries pas dans ta propre langue, c’est que tu n’as pas prié »

LEDJELY.COM

Dissolution du gouvernement : « On a toujours dénoncé l’incompétence de ces ministres »

LEDJELY.COM

Condamnation de Pendessa : le SPPG invite la presse à se joindre à la grève du mouvement syndical

LEDJELY.COM

Attention, c’est une arnaque qui se cache derrière cette publication !

LEDJELY.COM

Kankan : le coordinateur régional de la MAOG tance Alphonse Charles Wright

LEDJELY.COM

FEEM 2024 : les organisateurs sacrent 15 acteurs de l’économie guinéenne

LEDJELY.COM
Chargement....