Ledjely.com
Accueil » Pendessa en prison : « Une journée noire pour la Guinée », disent ses camarades de lutte
A la uneActualités

Pendessa en prison : « Une journée noire pour la Guinée », disent ses camarades de lutte

Visiblement, il ne faut pas s’attendre de sitôt à un dénouement du bras de fer entre les autorités et la presse guinéenne. En tout cas, ce n’est pas la décision de placement sous mandat de dépôt du secrétaire général du SPPG, Sékou Jamal Pendessa, prise ce lundi 22 janvier par le tribunal de Dixinn qui pourrait décrisper la situation. Ses camarades de lutte assimilant cet acte à une « journée noire pour la liberté de la presse en Guinée », promettent de ne pas renoncer à la lutte.

Finalement, le Tribunal de première instance de Dixinn n’aura été qu’une brève escale pour Sékou Jamal Pendessa. Arrêté le vendredi dernier et placé en garde à vue dans les locaux de la Brigade de recherche de Kipé, il va devoir passer sa première nuit en détention à la Maison centrale, ce lundi. Ainsi, en a décidé le tribunal qui l’a inculpé pour attroupement illégal.

Mais pour son audition, les confrères étaient très mobilisés au TPI de Dixinn pour lui apporter leur soutien. Parmi eux, Ibrahima Kalil Diallo, son adjoint au SPPG. Ce dernier, quoique déçu, promet que la lutte ne fait que commencer.

« C’est avec une grande déception et amertume que nous avons appris la décision liberticide qui a été prise plaçant ainsi notre camarade, le secrétaire général du SPPG, Sekou Jamal Pendessa en dépôt à la maison d’arrêt de Conronthie. Aujourd’hui, c’est une journée noire pour non seulement la liberté mais aussi pour ceux et celles qui sont épris de paix et de justice dans notre pays. C’est une journée noir pour notre pays. Par conséquent, nous, en tant que garants de la liberté, nous estimons que la lutte ne fait que commencer. Nous allons entreprendre des actions dans les jours avenir qui vont partir de la manifestation, le 30 janvier 2024.  C’est déjà programmé pour durcir le ton jusqu’à la libération non seulement de notre camarade mais aussi jusqu’à la satisfaction totale des points de revendication de notre syndicat à savoir la fin du brouillage des médias, la réintégration de médias au niveau des bouquets Canal et Startimes mais aussi de rétablissement intégral de l’internet dans le pays », assure Ibrahima Kalil Diallo.

« Ils ont déclaré une guerre à la presse, nous sommes prêts à la mener, même si c’est au prix de notre sang », conclut le syndicaliste.

Aliou Maci Diallo pour LeDjely.com

Articles Similaires

Nanfo Ismaël Diaby : « Si tu ne pries pas dans ta propre langue, c’est que tu n’as pas prié »

LEDJELY.COM

Dissolution du gouvernement : « On a toujours dénoncé l’incompétence de ces ministres »

LEDJELY.COM

Condamnation de Pendessa : le SPPG invite la presse à se joindre à la grève du mouvement syndical

LEDJELY.COM

Attention, c’est une arnaque qui se cache derrière cette publication !

LEDJELY.COM

Kankan : le coordinateur régional de la MAOG tance Alphonse Charles Wright

LEDJELY.COM

FEEM 2024 : les organisateurs sacrent 15 acteurs de l’économie guinéenne

LEDJELY.COM
Chargement....