Ledjely.com
Accueil » Crise au Sénégal : le représentant de Benno Bokk Yakkar en parle avec une gêne évidente
Actualités

Crise au Sénégal : le représentant de Benno Bokk Yakkar en parle avec une gêne évidente

La présidentielle sénégalaise était prévue le 25 février prochain. Mais le samedi dernier, via un décret qu’il a signé, le président Macky Sall a décidé de son report. Depuis, l’Assemblée nationale a entériné la décision et fixé le 15 décembre 2024 comme nouvelle date de l’élection. Suite à quoi le chef d’Etat sénégalais et sa coalition se font désapprouver aussi bien au Sénégal qu’en dehors du pays. Beaucoup dénonçant un braquage et un coup d’Etat institutionnel dont le pays aura du mal à se remettre. Et à l’intérieur du pays, la situation demeure délétère.

La position de Macky Sall et de ses soutiens demeure plutôt inconfortable. La décision du président sénégalais étant difficile à expliquer. C’est un peu le constat que nous avons fait avec Mor Fall, deuxième secrétaire de la coalition Benno Bokk Yakkar, à Conakry. Sollicité par notre rédaction, il se borne à justifier la décision du numéro un sénégalais par le fait que « le processus électoral était biaisé ». En quoi l’était-il ? Il ne le dit. « C’est le manque de sérieux des politiciens et surtout de l’opposition. Parce qu’un pays qui n’a même pas 15 millions d’habitants ne peut pas avoir plus de 100 candidats », lance-t-il ainsi, sans qu’on ne sache en quoi la pléthore de candidats avait un lien avec le report de la présidentielle.

En tout cas, Mor Fall reste convaincu qu’au nombre de ceux qui des politiciens qui crient aujourd’hui, il y en a qui le font juste pour trainer le Sénégal dans la boue. Mais in fine, Mor Fall lui-même n’est pas à l’aise avec le report de l’élection. « Je ne dis pas qu’il fallait un report. Mais quand même, mais il fallait reculer un peu la date pour pouvoir régler tous les problèmes », susurre-t-il, dans un souci d’équilibrisme.

Au nombre des problèmes qui entacheraient le processus électoral, il énonce des candidats spoliés et d’autres qui sont épinglés pour double nationalité. Ils doivent. Mais, en définitive, « étant démocrate, je ne voudrais pas qu’on recule quand même les élections. Je voudrais qu’on parte aux élections pour au moins respecter le calendrier républicain. Ça quand même, c’est mon avis personnel. Cependant, si c’est pour régler les problèmes on peut bien comprendre cela aussi », dit-il.

Par contre, Mor Fall ne comprend pas que les gens refusent la main tendue du pouvoir sénégalais. « On ne peut pas vouloir d’une chose et son contraire. La majeure partie des candidats se plaignent. Il faut qu’ils acceptent de s’asseoir autour d’une table et discuter. Parce que les conséquences sont désastreuses s’ils n’arrivent pas à s’entendre, ce sera extrêmement difficile. Je pense qu’il faut le dialogue obligatoirement. Il y avait des gens qui étaient partis au dialogue, d’autres avaient refusé. Maintenant, c’est l’occasion pour que tout le monde s’asseye en vue de régler tous les problèmes une bonne fois. Sinon, c’est un mauvais précédent », conclut-il.

Aliou Maci Diallo pour LeDjely.com

Articles Similaires

Dissolution du gouvernement : « On a toujours dénoncé l’incompétence de ces ministres »

LEDJELY.COM

Condamnation de Pendessa : le SPPG invite la presse à se joindre à la grève du mouvement syndical

LEDJELY.COM

Attention, c’est une arnaque qui se cache derrière cette publication !

LEDJELY.COM

Kankan : le coordinateur régional de la MAOG tance Alphonse Charles Wright

LEDJELY.COM

FEEM 2024 : les organisateurs sacrent 15 acteurs de l’économie guinéenne

LEDJELY.COM

L’UNICEF déplore le décès d’un enfant lors d’un rassemblement public à Conakry

LEDJELY.COM
Chargement....