Ledjely.com
Accueil » ALPHA CONDE : cette image qu’il fallait éviter
Politique

ALPHA CONDE : cette image qu’il fallait éviter

Ainsi donc, les rumeurs persistantes de l’après-midi de ce vendredi 28 février auront été confirmées. Alpha Condé accède au report de la date du double scrutin législatif et référendaire. Quelle bonne nouvelle ! D’autant qu’elle était inenvisagée et inenvisageable deux à trois jours plus tôt. Mais si la décision réjouit bon nombre de Guinéens, il n’est pas certain que celui qui l’a prise sorte forcément grandi de l’exercice. Alpha Condé aurait mieux fait de ne pas attendre d’être contraint à faire cette concession. Et surtout, dans sa déclaration d’hier, il n’aurait pas du laisser transparaître le fait d’avoir été contraint et forcé.

Quel gâchis ! C’est à ce sentiment qu’on associe l’image du président Alpha Condé qui est apparu à la télévision nationale pour confirmer le report du double scrutin législatif et référendaire. En effet, tout dans la posture du chef de l’Etat dans cette vidéo évoquait une certaine humiliation. La forme et le fond, les propos et la manière de les tenir. On y a vu un président de la République réduit à sa plus petite expression par le rouleau compresseur de la communauté internationale. Et il n’y a pas que le président Alpha Condé dont l’image en prend un coup. Celle du pays tout entier aussi.

Bien sûr, le président Alpha Condé a essayé de convaincre (et peut-être de se convaincre aussi) que ce n’est pas une capitulation de sa part. Mais c’est bien de cela dont il s’agit. Surtout si l’on se rappelle tous les discours que lui-même a tenus quelques jours plus tôt à l’intérieur du pays. Porté par son assurance, il était si certain de son coup qu’avec ce report même de deux semaines, il prend un revers cuisant. Qui plus est, à 48 heures du double scrutin auquel il tenait tant. Surtout qu’au-delà des mots, il suffisait de fixer son regard pour comprendre qu’il bouillonnait de l’intérieur, qu’entre ce qu’il disait et ce qu’il pensait, c’est le ciel et la terre. Le temps de cette déclaration, il était l’impuissance personnifiée.

A lire  COVID-19 : Siguiri enregistre son premier cas positif

Par ailleurs, pour une déclaration aussi solennelle, le président Alpha Condé n’a pas su prendre de la hauteur. Ainsi, l’a-t-on entendu déclarer : « tant pis pour ceux qui vont croire que c’est un recul ». Ou encore : « je persiste, précision importante, que ne sont concernés que les partis qui sont déjà en compétition, c’est-à-dire qui sont en règle devant la CENI. Je précise très bien : cela ne concerne que les partis déjà engagés dans la compétition électorale ». Avait-il besoin de descendre si bas dans un tel discours ? Lui qui est habituellement bien à l’aise dans la simulation n’aurait-il pas pu faire montre d’un peu plus d’élégance ?

Bref, pour l’opposant historique qu’il a été et tout l’espoir qu’il a suscité, il n’aura pas donné de lui-même, à travers cette déclaration, la meilleure image. Cerné de toutes parts et au ban de la communauté internationale, il a dû céder en dépit de son attachement à la souveraineté. Et malheureusement, il n’aura pas su cacher son malaise et sa colère. Son échec était lisible comme dans un livre ouvert.

Boubacar Sanso BARRY    

Articles Similaires

PRESIDENTIELLE 2020 : l’UPDG étudie la possibilité d’accompagner un des partis en lice

LEDJELY.COM

GUINEE : le FNDC analysé sous le prisme du Républicanisme de Philip Pettit

LEDJELY.COM

PRESENTATION DU RAPPORT D’AUDIT DU FICHIER ELECTORAL : la colère de Cellou Baldé de l’UFDG

LEDJELY.COM

CAMPAGNE ELECTORALE : le port de masques ignoré à N’zérékoré

LEDJELY.COM

PRESIDENTIELLE 2020 : la CEDEAO présente son rapport d’audit du fichier électoral

LEDJELY.COM

KANKAN : l’UFDG titille le RPG/Arc-en-ciel dans son bastion historique

LEDJELY.COM
Chargement....