GUINEE : la Fondation IFES s’active pour une meilleure gestion du contentieux électoral

Le vendredi 28 et samedi 29 février 2020, une quarantaine d’acteurs de la société civile guinéenne provenant essentiellement du Consortium COJELPAID et Action Plus Guinée étaient en atelier de formation autour de la thématique de la prévention et de la gestion du contentieux électoral. L’atelier en lien avec le double scrutin législatif et référendaire, reporté depuis, avait été initié avec l’appui technique de la Fondation internationale des systèmes électoraux (IFES). D’ailleurs, c’est le représentant résidant de cette dernière, Gilbert OLOKO, qui avait prononcé le discours d’ouverture.

Gilbert OLOKO, représentant résidant IFES

Durant les deux jours, les participants ont eu droit à quatre modules tous en rapport avec la thématique. D’abord, au titre de la première journée, Dr. Sekou Maouloud Koita, Professeur d’université, a servi le module ‘’Eclairage sur la question électorale en Guinée’’. Ensuite, il est revenu à Alpha Ibrahima DIALLO, Expert juriste, ancien de l’Ecole nationale d’administration de Strasbourg, de traiter de la communication portant sur “La répartition des compétences entre la CENI et la Cour Constitutionnelle en période d’élections législatives’’. Et pour mettre fin à cette première journée, El hadj Moussa Diop, Expert électoral à IFES-Guinée, a planché sur le thème “La gestion du contentieux électoral: aspects théoriques“. A la suite de cette dernière communication, les participants repartis en différents groupes, ont échangé autour des aspects pratiques de la gestion du contentieux électoral.

La dernière communication a été délivrée en début de matinée, le samedi 29 février, par El hadj Moussa Diop Expert IFES sur “La prévention et les stratégies de prévention et de résolution des litiges électoraux: quelques bonnes pratiques’’. Exposé suivi d’échanges avec les participants.

A lire  L'opposition trouve qu'Alpha Condé "continue d'aggraver le désordre"

Intervenant en début d’après-midi, la cérémonie de clôture a été ponctuée par le discours d’Abdoul Sacko, Coordonnateur du consortium COJELPAID, par ailleurs président du Conseil régional des organisations de la société civile (CROSC) de Conakry.

La rédaction